Franck Le Ouay, au centre, avec les deux autres cofondateurs de Lifen, Etienne Depaulis et Alexandre Huckert. Lifen

Les cofondateurs de Criteo sont de retour en France. Après Jean-Baptiste Rudelle et sa startup de covoiturage Less, c'est au tour de Franck Le Ouay de remettre avec ambition un pied dans la tech française.

L'ancien directeur scientifique de Criteo vient de boucler une première levée de 7,5 millions d’euros pour financer sa startup Lifen, qui développe des solutions pour faciliter l'échange de documents médicaux entre professionnels de santé.

Le fonds Serena Capital et Daphni, dirigé par Marie Ekeland qui avait investi dans Criteo lorsqu'elle travaillait chez Elaia Partners en 2006, ont participé au tour de table.

Le montant levé en amorçage est conséquent. En 2016, l'assureur Alan avait levé 12 millions d'euros en seed.

Pour Lifen, l’objectif de cette levée de fonds est d'accélérer le développement commercial de son logiciel d'échanges des courriers médicaux à destination des praticiens et des secrétariats du secteur public et privé sur tout le territoire français. Potentiellement, le marché concerne près de 2000 établissements en France.

Lancé il y a un an, le produit informatique est déjà utilisé dans des dizaines d'hôpitaux et cliniques privées, qui peuvent partager plus facilement et de façon sécurisée 40.000 comptes rendus à plus de 16.000 médecins par mois.

L'engouement des professionnels peut s'expliquer par le problème que Lifen résout avec simplicité: la communication entre médecins. Le logiciel permet en effet de s'affranchir des courriers postaux, source de dépenses et même de risques pour les patients. 

"C'est le blocage numéro 1. Ça semble une hérésie aujourd'hui, mais la réalité des communications entre hôpitaux, spécialistes et médecins généralistes, c'est le fax et le courrier. On est très loin de Google Deep Mind", indique Franck Le Ouay à Business Insider France.

Si ça fonctionne, Lifen entend transformer le système de santé français — en fournissant plus rapidement des informations structurées et intelligibles — et faire économiser de l'argent aux hôpitaux. 

Outre le coût supporté par la Sécurité sociale, une mauvaise communication entre professionnels demeure un problème pour la prise en charge d'un patient et donc peut avoir des conséquences dans le traitement. Le Monde remarquait qu'en 2013, un rapport sur la iatrogénie (conséquences néfastes liées aux soins) relevait que "des études de pharmacovigilance permettant d’avancer la fourchette de 10 000 à 30 000 décès attribuables chaque année en France à un accident médicamenteux".

Pour des raisons évidentes de protection des données, la communication électronique de dossiers de patients ne se fait ni par une plateforme web ni par des messageries électroniques grand public. En discutant avec les acteurs de la santé, Franck Le Ouay s'est même aperçu que les médecins utilisaient peu ou pas les adresses sécurisées mises à leur disposition et que les centaines de logiciels différents entre spécialistes étaient incompatibles.

En changeant la donne, Lifen se présente comme un tiers de confiance vis-vis des médecins et autorités de réglementation, capable de gérer tous les comptes rendus et résultats d’examen, quelques soient les messageries ou les logiciels utilisés.

Franck Le Ouay a quitté Criteo en 2015 pour fonder Honestica. En 2016, il s'est associé à Etienne Depaulis et Alexandre Huckert, fondateurs de l’application Planning de Garde forte de plus de 60.000 utilisateurs, pour lui donner le nom de Lifen.

"J'avais envie de démarrer un projet avec du sens, qui me semblait difficile, avec plus de défi encore au niveau personnel. Le secteur de la santé cochait toutes les cases avec ses problématiques économiques, un contexte réglementaire fort et un espace pour innover", dit-il.

Lifen arrive alors que le premier ministre Edouard Philippe et la ministre de la Santé ont lancé les travaux pour une transformation "globale, cohérente, méthodique" du système de santé français, qu'il juge menacé.

Au rayon des priorités: l'accessibilité pour chaque patient à ses données médicales, la dématérialisation de toutes les prescriptions et la simplification du partage de l'information entre les professionnels de santé d'ici 2022.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 19 pays avec les meilleurs systèmes de santé au monde

VIDEO: Voici la première question que Richard Branson pose à tous les nouveaux entrepreneurs qu'il rencontre