Philippe de Chanville et Christian Raisson, fondateurs de ManoMano. ManoMano

Le site de vente de produits de bricolage et de jardinage ManoMano annonce une levée de fonds de 60 millions d'euros en série C menée par General Atlantic, un fonds d'investissement américain qui gère 21 milliards de dollars d'actifs. Ce dernier a notamment participé à la levée de fonds record de 1,8 milliards de dollars de Snapchat en 2016, et soutenu Uber ou Airbnb.

Les investisseurs actuels Piton Capital, Partech Ventures et Bpifrance ont également participé au tour de table. 

Fondé en 2013 par deux anciens capital-risqueurs, Philippe de Chanville et Christian Raisson, ManoMano est un site marchand dédié au bricolage et au jardinage qui opère en France, Espagne, Italie, Allemagne, Belgique et Royaume-Uni. Il revendique près de 2 millions de clients.

L'entreprise a atteint 89 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016. 

"Nous voulons dupliquer notre succès français à tous les pays où nous sommes déjà présents et faire de ManoMano le leader Européen sur le segment digital du bricolage et du jardinage. Nous sommes convaincus que sur ce secteur, le digital représentera à terme 50% du marché global du bricolage et du jardinage", expliquent Philippe de Chanville et Christian Raisson, co-fondateurs de ManoMano, cités dans un communiqué.

"Le marché européen du bricolage représente 250 milliards d'euros et l'e-commerce ne pèse que 3 à 4% du gâteau", justifie Philippe de Chanville auprès du Journal du Net.

En quatre ans, ManoMano a multiplié par 20 le nombre d'employés (145 salariés) et par 40 le nombre de références. Outre les vendeurs tiers — qui augmentent leurs revenus — ce sont aux fournisseurs des enseignes spécialisées que ManoMano s'adresse. Avec son offre, il bouscule les codes de la gestion des stocks de Leroy Merlin, Castorama & co." Ils prennent de moins en moins de références là où nous avons la possibilité de proposer l'ensemble de leur gamme, si besoin", explique le dirigeant dans Les Echos.

Pour devenir le semblable d'Amazon dans le bricolage, la plateforme française va utiliser cet argent frais pour recruter de nouveaux profils de développeurs et data-scientists, les salariés de l'entreprise, et intensifier ses opérations de marketing dans les nouveaux pays.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Cette startup de Lille sécurise 12M€ pour convaincre l'équivalent américain des Galeries Lafayette de délaisser Excel pour choisir ses produits