Christine Lagarde, la directrice du FMI, au Atlantic Council à Washington, le 8 février 2017. REUTERS/Jonathan Ernst

L'économie européenne est en plein essor mais cette croissance pourrait être "sensiblement" ralentie par un Brexit dur aussi bien au Royaume-Uni que dans la zone euro, prévient lundi le Fonds monétaire international (FMI).

Dans son dernier rapport sur les perspectives économiques de la région, basé sur l'étude d'une quarantaine de pays allant de l'Allemagne au Royaume-Uni en passant par la Turquie et la Russie, l'organisation indique que la reprise en cours semble de plus en plus assurée.

Selon le FMI, cette reprise est en partie soutenue par les mesures de relance des banques centrales et des taux d'intérêt bas, mais aussi par l'amélioration des fondamentaux, comme en témoigne la reprise des investissements dans un grand nombre d'économies.

"La croissance dans la zone euro a été positive pendant 18 trimestres, récemment autour de 2,5%. De nombreux pays d'Europe de l'Est enregistrent depuis un moment une croissance d'environ 3%. Donc, cette reprise est non seulement devenue plus large mais aussi plus solide", a déclaré à Reuters le directeur adjoint du département européen du FMI, Jörg Decressin, lors de la présentation du rapport.

La principale incertitude à l'horizon demeure le Brexit et le type de relation que la Grande-Bretagne entend nouer avec les Vingt-Sept après son départ de l'Union européenne (UE).

Les économistes du Fonds estiment qu'un Brexit dur risque d'avoir un impact négatif.

"Dans de telles circonstances, notre préoccupation est que la croissance économique souffrira, en particulier au Royaume-Uni, mais aussi dans la zone euro", a déclaré Jörg Decressin. "Nous envisageons alors une croissance sensiblement plus faible que ce que nous projetons actuellement."

L'heure est pour l'instant à l'optimisme, a-t-il cependant ajouté, soulignant à quel point l'humeur était meilleure qu'il y a seulement un an ou deux lorsque l'on redoutait une sortie forcée de la Grèce de la zone euro.

Les perspectives économiques mondiales du FMI, publiées lors des assemblées générales du FMI et de la Banque mondiale qui se sont tenues en septembre à Washington, tablaient sur une croissance dans la région de 2,4% cette année et de 2,1% l'an prochain, mais le contexte a sensiblement changé depuis.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : On vous présente les fonds européens qui misent sur la nouvelle génération de licornes