Blocage de Tolbiac, Paris, 11 avril 2018. REUTERS/Benoit Tessier

La période des partiels dans les universités françaises a commencé lundi 16 avril alors que les étudiants continuent leur mobilisation.

Depuis des semaines, ils dénoncent la loi ORE — Orientation et Réussite des Etudiants — qui, selon eux, revient à faire une sélection à l'entrée des universités à travers un classement des candidatures des bacheliers.

Ils exigent l'annulation ou le report des examens tant que cette loi n'est pas retirée — et dans certaines universités, les premières épreuves ont commencé à sauter.

A Nanterre, en région parisienne, les étudiants se sont rendus sur le campus, tôt lundi 16 avril, pour commencer leur blocus et une grève des examens. Ces derniers ont été annulés lundi, ainsi que mardi 17 avril. Une assemblée générale a débuté mardi matin concernant les futurs blocages des partiels et la note minimale à demander — certains demandent 20/20 pour tous.

 

A Lille II, les partiels ont été maintenus lundi 16 avril, malgré la grève des examens votée par les étudiants. Les étudiants mobilisés ont donc fait une "grève-papier": ils se sont rendus à l'examen pour ne pas redoubler, ont rendu une copie blanche avec pour seule inscription "10 minimum+grève générale". Résultat: ils auront 0/20, et passeront leur examen aux rattrapages. Ce qui équivaut à un report des partiels.

Des partiels ont aussi été annulés à la Sorbonne-Paris I lundi et mardi. Invité sur CNEWS, ce mardi matin, Georges Haddad, président de Paris I, a indiqué qu'il serait en faveur d'un report des examens, mais sûrement pas d'une annulation ou d'une note minimale, reprenant les propos d'Emmanuel Macron: 

"Les examens se passeront en bonne et due forme (...) il est hors de question de donner des diplômes en chocolat aux étudiants."

Bloquée, Toulouse II a reporté d'office les partiels — prévus entre le 7 et le 23 mais — au mois de juin.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici pourquoi les étudiants doivent s'inquiéter pour leurs examens si leur université est bloquée

VIDEO: Cette machine faite à base de pièces de K’NEX est championne de 'Water Bottle Flip' — ce challenge qui consiste à renverser une bouteille et la faire atterrir comme un piquet