Le président américain Donald Trump, à l'occasion de l'assemblée générale des Nations unies, le 20 septembre 2017. REUTERS/Kevin Lamarque

Alors que le président français Emmanuel Macron a récemment réaffirmé l'importance de l'accord international contre le réchauffement climatique conclu en décembre 2015, trois pays n'ont pas encore signé le fameux accord de Paris.

Il s'agit du Nicaragua, de la Syrie et des Etats-Unis, suite à la décision du nouveau président américain Donald Trump de rompre les engagements pris par son pays sous la présidence de Barack Obama.

Une décision qui avait été critiquée à l'étranger, par le président français Emmanuel Macron mais aussi dans son propre pays par la communauté scientifique mais aussi les dirigeants de la tech.

Ils ne seront bientôt plus que deux. Le président du Nicaragua, Daniel Ortega, a affirmé au journal El Nuevo Diario, cité par le site Quartz, que son pays allait bientôt signer l'accord de Paris: 

"Nous allons bientôt adhérer, nous allons signer l'accord de Paris."

Le président du Nicaragua avait refusé de signer l'accord, car il estimait qu'il n'allait pas assez loin, alors que son pays fonctionne à plus de 75% à l'énergie renouvelable et envisage d'atteindre les 90% d'ici 2020, selon les données de la Banque mondiale

L'accord stipule qu'il faut maintenir la hausse des températures moyennes en-dessous des 2°C mais les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre fixés par les pays signataires ne semblent pas suffisants pour atteindre ce but. 

Suite à la déclaration de son homologue du Nicaragua, Donald Trump se retrouve désormais seul, aux côtés de Bachar el-Assad, à ne pas avoir adhéré à l'accord de Paris sur le climat.

La politique environnementale du président américain a été plusieurs fois mise à mal ces dernières semaines, à la suite de plusieurs ouragans qui ont dévasté le Texas et les Caraïbes notamment et dont la violence aurait été exacerbée par le réchauffement climatique, affirment de nombreux experts.

Le secrétaire d'Etat américain, Rex Tillerson, a déclaré le weekend dernier que les Etats-Unis pouvaient rester signataires de l'Accord de Paris si on leur réservait les bonnes conditions pour cela.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Theresa May va proposer de payer 20Mds€ à l’Union européenne pour faire redémarrer les discussions autour du Brexit