L'Europe ouvre une enquête sur le piratage massif de Facebook pour savoir si le réseau social est bien en règle avec le RGPD

Sheryl Sandberg, directrice des opérations de Facebook. REUTERS/Joshua Roberts

L'Europe, à travers le régulateur irlandais des données personnelles, ouvre une enquête sur le piratage massif de Facebook qui concerne 50 millions de comptes d'utilisateurs dans le monde pour savoir si le réseau social a bien respecté les principes du RGPD, rapporte le site zdnet.fr.

Le RGPD — pour "règlement général sur la protection des données" — est entré en vigueur au sein de l'Union européenne en mai dernier et vise à protéger les données des utilisateurs au sein de l'UE.

L'autorité irlandaise de protection des données — la seule entité en Europe habilitée à échanger avec le réseau social — dirigera l'enquête au nom de ses homologues de l'UE, dont la Cnil en France.

Elle cherchera à savoir si Facebook a bien "mis en place les mesures techniques et organisationnelles appropriées pour assurer la sécurité des données personnelles qu'elle traite". 

En vertu du RGPD, les entreprises qui ne protègent pas suffisamment les données des utilisateurs sont passibles d'amendes maximales de 20 millions d'euros (23 millions de dollars), ou 4 % du chiffre d'affaires annuel mondial de l'entreprise par rapport à l'année précédente. 

Selon les informations du Wall Street Journal, Facebook pourrait ainsi écoper d'une amende allant jusqu'à 1,63 milliard de dollars de la part d'un régulateur européen de la vie privée, en raison de cette faille de sécurité.

Le géant tech avait déjà été sanctionné par le régulateur britannique, après le scandale de Cambridge Analytica. L'amende s'était élevée à 500.000 livres, la somme maximale possible dans ce cas de figure. 

Dans un billet de blog publié le 28 septembre dernier, le réseau social fondé et dirigé par Mark Zuckerberg a révélé une faille dans la fonction "Voir en tant que" du site — permettant aux utilisateurs de voir à quoi ressemble leur profil du point de vue de quelqu'un d'autre — qui a permis à un hacker de voler des tokens d'accès qui fourniraient un accès aux comptes personnels des gens.

Moins de 10% des utilisateurs européens de Facebook sont concernés par ce piratage massif, a récemment affirmé le réseau social. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 43 personnes meurent chaque année en prenant un selfie — et les victimes viennent principalement d'un pays

VIDEO: Voici les aliments à manger pour avoir un cœur en bonne santé