Philippe Collombel, managing partner de Partech Ventures. Partech Ventures

Le fonds franco-américain Partech Ventures annonce aujourd’hui la clôture pour 400 millions d'euros de son septième fonds de capital-risque.

Une trentaine de grands investisseurs européens et américains ont souscrit à ce nouveau fonds baptisé Partech International Ventures VII, aux côtés de business angels et d'entrepreneurs. Parmi eux, on retrouve Nokia, L'Oréal, Cisco, Accenture, Intuit, Renault et Adecco.

Le fonds a déjà réalisé près d’une dizaine d’investissements en Europe et aux États-Unis, notamment Chronext (Cologne), Qapa (Paris), Akeneo (Boston/Nantes), A/B Tasty (New-York/Paris), Rinse (San Francisco) et Toss en Corée du Sud.  

Présent aux Etats-Unis — depuis 1982 — à Paris et Berlin, Partech Ventures a connu une accélération remarquée de son activité depuis 2016.

En un an et demi,  il a réussi à financer la création de quatre fonds, réalisé 110 opérations et effectué douze sorties dont Teads acquise par Altice et Compte-Nickel par BNP Paribas.

Avec 1,2 milliards d'euros sous gestion — pour des tickets de 200.000 à 40 millions d'euros — Partech Ventures devient un rival sérieux aux fonds anglo-saxons en Europe en donnant aux startups un accès favorisé au CAC40 français et aux groupes européens.

"Nous pouvons rivaliser avec les grands fonds anglo-saxons et nous imposer en chef de file dans les tours de table de startups les plus importants", explique Philippe Collombel, l'un des managing partners, aux Echos.

En début d'année, Atomico, le fonds d'investissement du cofondateur de Skype, a levé 765 millions de dollars.  Fin janvier, Rocket Internet annonçait la clôture d'un fonds de 1 milliard de dollars. L'an dernier, Accel avait levé un fonds de 500 millions de dollars pour investir dans des startups européennes et israéliennes. 

Notons que Partech Ventures multiplie actuellement les consultations pour soutenir ses premières startups en Afrique avec un fonds dédié— géré par l'ancien responsable de Google sur le continent — dans lequel Orange doit participer à hauteur de 50 millions d'euros.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : L'investisseur qui a soutenu Frichti et Gwyneth Paltrow lance un fonds de 150M$ pour financer des startups lifestyle en Europe et aux Etats-Unis