Des militants écologistes manifestent à Bonn (Allemagne), le 4 novembre 2017, deux jours avant l'ouverture de la COP 23. REUTERS/Wolfgang Rattay

Près de 200 pays se réunissent à Bonn, en Allemagne, à partir de ce lundi 6 novembre 2017 dans le cadre de la COP 23, la grande conférence sur le climat qui se tient jusqu'au 17 novembre prochain. 

Délégués, chefs d'Etats, activistes, chercheurs, représentants de collectivités ou d'entreprises... près de 20.000 personnes sont attendues. 

Des démonstrations de solutions concrètes pour lutter contre le réchauffement seront présentées durant ces 11 jours.

Voici ce qu'il faut savoir sur cette nouvelle conférence sur le climat et ses enjeux: 

La mise en oeuvre concrète de l'Accord de Paris

Les près de 200 pays signataires travailleront sur un cahier des charges précis pour concrétiser les mesures prises dans le cadre de cet accord ratifié en décembre 2015 et entré en vigueur l'an dernier. 

L'une d'elles étant la fin de l'utilisation des énergies fossiles comme le charbon au XXIe siècle au profit des énergies renouvelables comme l'éolien ou le solaire.

Un bilan de l'ONU a récemment souligné l'écart "catastrophique" entre actions et besoins concernant la réduction des gaz à effet de serre. La COP 23 sera l'occasion de corriger cela.

Une présidence inédite

Pour la première fois de l'histoire, la COP sera présidée par un pays insulaire: les îles Fidji, en première ligne du réchauffement climatique, puisque certaines de ses îles risquent d'être rayées de la carte avec la montée des eaux.

Le Premier ministre fidjien Frank Bainimarama — président de la COP 23 — a déclaré en amont de la conférence:

"Nous, qui sommes les plus vulnérables, devons être entendus. Que nous venions d'une petite île du Pacifique ou d'une grande ville développée menacée comme Miami, New York, Venise ou Rotterdam, nous devons parler d'une seule voix car le changement climatique finira par tous nous affecter."

Les Etats-Unis présents mais... 

Les Etats-Unis — via l'impulsion du président Donald Trump qui doute que le réchauffement climatique soit causé par l'activité humaine — ont décidé de se retirer de l'Accord de Paris. C'est le seul pays avec la Syrie de Bachar el-Assad à refuser de le faire.

Mais leur retrait ne sera effectif qu'en novembre 2020. Une délégation américaine sera donc présente à Bonn et sera dirigée par Thomas Shannon, un diplomate qui avait déclaré que le changement climatique "est l'un des défis les plus importants du monde".

Cependant, ce dernier ne devrait pas donner d'entretiens pendant la COP 23, rapporte Reuters.

Un rapport attendu dès ce lundi 

L'Organisation météorologique mondiale des Nations Unies devrait dévoiler ce lundi un rapport sur le classement des années les plus chaudes de l'histoire. D'après la NASA, l'année 2017 devrait être la deuxième année la plus chaude, derrière 2016, depuis la tenue des statistiques au XIXe siècle. 

Une étape primordiale avant le 2e anniversaire de l'adoption de l'Accord de Paris

Le président Emmanuel Macron est attendu le 15 novembre à Bonn. Le 12 décembre, il sera à la tête d'un sommet international qu'il a convoqué à Paris pour permettre de faire le point sur l'avancée des mécanismes concrets mis en place lors de cette COP 23.

Cette conférence aura lieu tout juste deux ans depuis l'adoption de l'Accord de Paris sur le climat, qualifiée d'"historique" par l'Elysée à l'époque. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : On vous présente les 9 femmes de moins de 40 ans qui ont le plus de pouvoir dans le monde aujourd'hui