Reed Hastings, DG de Netflix. AP

  • Le DG de Netflix, Reed Hastings, a déclaré lors d'une conférence TED, samedi, que la culture de son entreprise, qui consiste à partager ouvertement l'information entre ses employés, en fait un "anti-Apple".
  • "Nous sommes comme l'anti-Apple. Ils compartimentent, on fait le contraire. Tout le monde reçoit toute l'information ", dit-il.
  • Hastings, membre du conseil d'administration de Facebook, a également évoqué les récents déboires de Facebook et expliqué comment les réseaux sociaux comme Facebook " essaient clairement de croître rapidement ".

Reed Hastings, DG de Netflix et membre du conseil d'administration, a parlé de la culture de son entreprise et des récents scandales liés à la protection de la vie privée sur Facebook lors d'une conférence TED à Vancouver samedi.

Hastings a déclaré que la culture d'ouverture de Netflix en matière de partage d'information avec ses employés en fait un "anti-Apple", dans la mesure où Apple empêche de nombreuses personnes de l'entreprise d'accéder aux informations sensibles et au suivi du développement de ses produits, rapporte Wired.

"Nous sommes comme l'anti-Apple. Ils compartimentent, on fait le contraire. Tout le monde reçoit toute l'information", a affirmé Hastings. "Je découvre constamment d'importantes décisions qui ont été prises sans que je ne le sache."

Hastings, qui a poussé Netflix à investir environ 8 milliards de dollars en contenus l'année dernière, a déclaré que la stratégie de partage d'information de son entreprise favorise un débat sain dans les processus décisionnels de Netflix.

"Nous voulons que les gens disent la vérité et nous disons: 'Ne pas être d'accord en silence, c'est manquer de loyauté'." Il a ajouté: "Ce n'est pas bien de laisser passer une décision sans dire ce que l'on pense. Nous sommes très concentrés sur le fait d'essayer d'arriver à de bonnes décisions avec un bon débat."

Hastings a également observé que les critiques subies par Facebook à propos du scandale de collecte de données de Cambridge Analytica n'étaient " pas complètement injustes", ajoutant que Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, "menait la charge pour régler" les problèmes du réseau social.

Hastings a dit que les réseaux sociaux comme Facebook "essaient clairement de croître rapidement", et il a comparé la montée des médias sociaux aux controverses qui entouraient la télévision dans les années 1960, note Recode.

"Lorsque la télévision est devenue populaire dans les années 1960 aux États-Unis, on l'appelait un 'vaste terrain vague'. Et la télévision allait ébranler l'esprit de tout le monde", a dit M. Hastings. "Et il s'avère que l'esprit de tout le monde allait bien. Il y a eu quelques ajustements. Je pense donc que toutes les nouvelles technologies ont des avantages et des inconvénients. Et en social, on ne fait que le découvrir."

Version originale: John Lynch/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici les séries les plus attendues sur Netflix en 2018 — et comment elles vont porter la nouvelle stratégie de la plateforme

VIDEO: Si la plupart des avions sont blancs, c'est pour une bonne raison — la voici