Une carte des plaques tectoniques qui sont à l'origine de tremblements fréquents au Mexique. USGS

Si des géants étaient en train de jouer au jeu de société Jenga avec des pays en guise de pièces de bois, le Mexique serait l'un des derniers lieux à être choisis. 

Le pays est situé au-dessus de trois des plus grandes plaques tectoniques terrestres — la plaque nord-américaine, la plaque de Cocos et la plaque pacifique. A chaque fois que ces gros morceaux de croûte terrestre grincent ou sont accolés l'un contre l'autre, on assiste à un tremblement de terre.

La ville de Mexico étant un ancien lit des lacs, elle abrite un sol tendre qui amplifie les tremblements, ce qui fait que même les petits séismes prennent plus d'ampleur.

Ce mardi, un séisme meurtrier s'est déclenché à la frontière entre la plaque de Cocos et la plaque nord-américaine, quand la plaque située la plus au sud s'est glissée en-dessous de sa voisine située plus au nord.

Le séisme de magnitude 7,1 sur l'échelle de Richter, qui a frappé à environ 4,8 kilomètres au nord-est de la ville de Raboso, s'est produit alors que le pays avait déjà été touché il y a à peine deux semaines par un séisme de 8,1 et 32 ans après le séisme meurtrier de magnitude 8,1 qui avait touché Mexico et qui avait tué plus de 9500 personnes. 

Le Mexique est l'un des pays à très forte activité sismique dans le monde. Au cours du siècle dernier, le pays a observé 19 séismes dans un rayon de 250 kilomètres par rapport à l'épicentre du séisme de ce mardi, selon le US Geological Survey. Les séismes ne sont pas les seuls dangers dans la région, qui est aussi sujette à des éruptions volcaniques.

Des secouristes font des recherches dans un immeuble qui s'est effondré après un tremblement de terre à Mexico, mardi 19 septembre 2017. AP Photo/Eduardo Verdugo

Au sud de l'épicentre du dernier séisme, se trouvent deux volcans — El Chichón et le volcan de Colima — qui ont respectivement fait éruption en 1982 et en 2005. Il existe aussi deux autres volcans actifs situés au sud-est de la ville de Mexico, appelés Popocatépetl et Ixtaccíhuatl. On observe parfois des émanations de gaz provenant de ces derniers, dont le premier a fait éruption en 2010.

Une grande partie de la ville a été construite sur un ancien lit de lacs, où le sol tendre amplifie les effets des séismes. Un article publié un peu après le séisme de 1985 affirmait que les secousses avaient été amplifiées d'au moins 500% dans les régions situées près de l'épicentre où le sol était le plus tendre. 

Depuis, Mexico a pris plusieurs mesures pour faire face aux risques des futurs séismes — mise à niveau des normes des bâtiments situés près de la capitale et lancement de systèmes d'alerte sismique précoces — mais de nombreuses régions du pays souffrent toujours d'un manque d'infrastructures sécurisées.

Version originale: Erin Brodwin/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Donald Trump vient de s'exprimer pour la première fois devant l'ONU — voici ce qu'il a déclaré