Presidentielle

REUTERS/Philippe Laurenson

Les 11 candidats à l'élection présidentielle française s'exprimeront à 20h ce jeudi 20 avril sur France 2. 

Ce sera la dernière allocution télévisuelle encadrée où tous les candidats seront réunis avant le premier tour de l'élection, dimanche 23 avril.

Ils ont déjà débattu à deux reprises, les 20 mars (pour cinq d'entre eux) et 4 avril derniers (à 11). 

Après des mois de campagne, les électeurs et électrices pourraient être gagnés par la lassitude, la fatigue ou se sentir dépassés par un trop-plein d'informations et de joutes politiques.

Pourtant, il y a encore de bonnes raisons de s'intéresser à l'émission de ce soir de France Télévisions (retransmise également sur France Inter et TV5 Monde).

1. L'émission sera plus cadrée, car il n'y aura pas de débat entre les 11 candidats

L'émission sera découpée en 11 interview de 15 minutes par candidats, effectuées par les journalistes Léa Salamé et David Pujadas.

 "On ne va pas aller vers la politique spectacle", a assuré Michel Field, le directeur de l'information de France Télévisions, relevé par le Point. Il a parlé d'une "forme sérieuse, cadrée, statutaire".

L'objectif est d'éviter les attaques, digressions et cacophonies qui avaient pu peser sur les deux débats précédents, notamment celui à onze candidats du 4 avril.

Au départ, il était prévu que l'émission de France 2 prenne la forme d'un troisième débat, avec les 11 candidats en lice. Mais dès fin mars, le candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a déclaré qu'il ne souhaitait pas y participer, à cause de la proximité avec le premier tour. Emmanuel Macron avait avancé également qu'il ne souhaitait pas un débat "à la dernière minute". France Télévisions a ainsi décidé de revoir son format.

2. L'émission finira moins tard que les précédentes

La série d'interviews débutera à 20h. A raison de 15 minutes par candidats — en comptant une courte pause entre chacun, il est possible d'envisager la fin de cette séquence à 23h. Chaque candidat aura ensuite 2 minutes 30 pour un dernier discours, soit une fin d'émission aux alentours de 23h30 au maximum.

Le 20 mars dernier, certains internautes avaient trouvé que le débat s'éternisait. Laissant par conséquent moins de temps pour le thème de la politique internationale.

3. La campagne se termine

Cette dernière émission avant le premier tour sonne aussi le début de la fin de la campagne électorale (ouf). 

Les médias audiovisuels devront profiter de ces derniers jours pour rééquilibrer les temps de parole, et donc possiblement donner plus de place aux "petits" candidats.

L'émission de France Télévisions permettra de voir, une dernière fois avant le premier tour, les 11 candidats à la suite, et disposant du même temps de parole.

Aussi, à partir de vendredi à minuit, plus aucun média ni institut n'aura le droit de publier un sondage avant le premier tour de dimanche. Or on sait, notamment depuis l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis, combien les sondages peuvent être trompeurs.

Selon l'article 11 de la loi du 19 juillet 1977 relative à la publication et à la diffusion de certains sondages d'opinion, "en cas d’élections générales (...) la veille et le jour de chaque scrutin, aucun sondage électoral ne peut faire l’objet, par quelque moyen que ce soit, d’une publication, d’une diffusion ou d’un commentaire."

présidentielle

De gauche à droite: François Fillon (LR), Emmanuel Macron (En Marche!), Jean-Luc Mélenchon (Parti de Gauche), Marine Le Pen (FN) et Benoît Hamon (PS), le 20 mars 2017. REUTERS/Patrick Kovarik

Voici l'ordre de passage officiel des onze candidats ce jeudi 20 avril :

Jean-Luc Mélenchon (20 heures), Nathalie Arthaud (20 h 15), Marine Le Pen (20 h 30), François Asselineau (20 h 45), Benoît Hamon (21 heures), Nicolas Dupont-Aignan (21 h 15), Philippe Poutou (21 h 30), Emmanuel Macron (21 h 45), Jacques Cheminade (22 heures), Jean Lassalle (22 h 15) et François Fillon (22 h 30).

Et voici l'ordre de passage pour leur conclusion :

Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, François Fillon, Philippe Poutou, Jean Lassalle, Jacques Cheminade, François Asselineau, Nicolas Dupont-Aignan, Nathalie Arthaud, Emmanuel Macron, Marine Le Pen.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Présidentielle 2017: Voici pourquoi vous entendrez beaucoup moins les principaux candidats à compter d'aujourd'hui