Un professeur qui a enseigné à des étudiants en MBA pendant 15 ans dit que les aspirations professionnelles des jeunes diplômés d'aujourd'hui sont très différentes de celles qu'ils avaient jadis

Tomas Chamorro-Premuzic est professeur de psychologie. Source: Tomas Chamorro-Premuzic

  • Un professeur de psychologie de l'Université Columbia, qui a enseigné à des étudiants en MBA à New York University et à la London School of Economics, affirme qu'ils veulent de plus en plus devenir entrepreneur.
  • Les chiffres montrent que peu de diplômés de MBA lancent leur propre entreprise — à moins de sortir des meilleurs programmes pour aspirants entrepreneurs.
  • Les avis divergent quant à l'utilité d'un MBA pour les personnes qui veulent devenir entrepreneurs.

Tomas Chamorro-Premuzic a commencé à enseigner aux étudiants en MBA il y a plus de 15 ans.

À l'époque, tous ses étudiants voulaient travailler pour des géants comme Goldman Sachs, IBM et Unilever.

Dix ans plus tard, Google, Facebook, Apple et Amazon étaient les nouvelles entreprises convoitées.

Mais désormais, les diplômés ne se tournent plus du tout vers le monde des grandes entreprises, qu'elles s'appellent IBM ou Amazon. Quand je l'ai interviewé par téléphone en juillet, pour un reportage sur les dangers de la "pornographie entrepreneuriale" ("entrepreneurship porn"), il a dit de ses étudiants qu'aujourd'hui, "la grande majorité d'entre eux me disent: 'Tu sais, je vais être startuppeur. Je lance quelque chose. Je vais créer le prochain grand X, Y, Z."

Chamorro-Premuzic est professeur de psychologie à l'Université de Columbia et "chief talent scientist" chez Manpower; il a occupé des postes à la London School of Economics et à l'Université de New York.

Ses observations sont anecdotiques, il est donc difficile d'en tirer des conclusions générales. Et les données sur les types d'emplois que les étudiants en MBA veulent, par opposition aux emplois qu'ils obtiennent réellement, sont rares. Les données disponibles suggèrent juste que la technologie est le secteur qui progresse le plus rapidement auprès des diplômés du MBA, selon The Economist.

Mais certaines études confirment que les diplômés des meilleurs programmes d'écoles de commerce, et issus de programmes centrés sur l'entrepreneuriat, sont davantage susceptibles de devenir des entrepreneurs que par le passé.

Les diplômés des meilleurs programmes de MBA pour entrepreneurs seraient plus susceptibles de créer leur entreprise

Business Insider a déjà relayé une étude menée auprès de plus de 30.000 diplômés de Wharton, qui a révélé que plus de 7% des diplômés de 2013 ont lancé leur propre entreprise dès la sortie. C'est cinq fois plus qu'en 2007. (Fait notable, l'étude a également révélé que les MBA de Wharton qui deviennent des entrepreneurs ont tendance à être plus heureux que les diplômés qui poursuivent d'autres carrières).

D'autre part, une enquête Bloomberg, citée par Quartz, a révélé que parmi 118 programmes de MBA internationaux et américains en 2016, seulement 3% des récents diplômés de l'école médiane ont lancé de nouvelles entreprises. Mais chez Babson, où le programme de MBA est centré sur l'entrepreneuriat, ce chiffre est de 19%. Et à Stanford, qui a des cours et un espace de coworking pour les entrepreneurs, il est de 16,4%.

Wharton, Stanford et Babson font partie du classement 2018 de US News & World Report des meilleurs programmes de MBA pour entrepreneurs.

Les avis des entrepreneurs divergent sur l'intérêt d'un MBA

Quant à savoir si un MBA est nécessaire — ou même utile — pour les aspirants entrepreneurs, les avis divergent.

Jon Staff, DG et fondateur de Getaway, une société qui conçoit et loue des mini-maisons, est diplômé de la Harvard Business School, promotion en 2016. Sur le blog de la HBS, il a écrit que l'obtention d'un MBA était essentielle pour devenir un entrepreneur: outre sa dimension éducative, il dit que 60% des fonds d'amorçage qu'il a réunis alors qu'il était à HBS ont été obtenus grâce à des réunions qu'il n'aurait pas eues s'il n'y avait pas étudié.

De son côté, dans une interview du Financial Times, Brent Hoberman, président exécutif de Founders Factory, Founders Forum et Firstminute Capital, affirme que la plupart des programmes de MBA "ont du mal à s'adapter assez rapidement pour répondre à l'évolution des circonstances et de la demande".

Et d'ajouter:

"Certaines des qualités les plus importantes chez un entrepreneur sont la ténacité, la détermination et la capacité d'accepter l'incertitude et le risque. Les écoles de commerce ne peuvent pas enseigner ça."

Version originale: Shana Lebowitz/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 31 meilleures écoles pour faire un MBA en Europe, d'après le Financial Times

VIDEO: Ces lunettes de soleil connectées vous permettent d'écouter de la musique, sans écouteurs

Nouveau ! Découvrez BI Intelligence Profitez dès maintenant de notre offre de lancement ›

Contenu Sponsorisé

Intelligence artificielle: pourquoi l'éthique est un enjeu clé

  1. article illisible et incompréhensible car sans doute écrit avec les pieds ?

Laisser un commentaire