Bjorn Gulden, le président du directoire de Puma. REUTERS/Eduardo Munoz

Puma a affiché sa confiance pour l'année 2018 après avoir publié ce lundi 12 février un chiffre d'affaires et un bénéfice solides au quatrième trimestre.

La marque compte augmenter son bénéfice d'exploitation d'un tiers en 2018 — 30 millions en 2017 — et de 10% son chiffre d'affaires qui s'élève à 1,04 milliard d'euros.

Pour ce faire, outre la croissance dans les chaussures et les très bonnes ventes grâce à Rihanna, la marque allemande va continuer de se développer dans le football.

Si Puma reste toujours très éloigné de ses concurrents Adidas et Nike mais la marque a  en effet remonté la pente ces dernières années notamment par des investissements massifs dans le ballon rond en habillant des équipes de premier plan comme Arsenal et le Borussia Dortmund.

Ce lundi 12 février, Puma a fait un pas de plus pour développer sa notoriété et visibilité dans ce secteur.

Après 20 ans de collaboration avec la marque aux trois bandes, le club italien du Milan AC, l'un des plus populaires et titrés au monde — vainqueur de sept Ligue des Champions et 18 titres de champion en Italie — a ainsi décidé de signer un contrat de sponsoring avec Puma de plusieurs années qui débutera le 1er juillet 2018.

"Nous sommes très fiers de ce partenariat avec l'AC Milan. C'est l'un des clubs ayant eu le plus de succès dans l'histoire du football', a déclaré le patron de Puma, Bjorn Gulden, cité par le club.

Puma a également conclu un partenariat avec la fédération sénégalaise de football, portant à trois le nombre d'équipes sponsorisées par lui et qualifiées pour la Coupe du monde en Russie, après la Suisse et l'Uruguay. Puma a aussi un partenariat avec La Squadra Azzurra, l'équipe nationale de football d'Italie, qui n'est pas parvenue à se qualifier pour le Mondial.

L'équipementier sportif allemand, dont le cours de Bourse a été chahuté le mois dernier par le projet de scission de sa maison-mère Kering, a annoncé vendredi son intention de distribuer un dividende exceptionnel de 12,50 euros par action au titre de 2017.

Bjørn Gulden, le président du directoire de Puma, a dit lundi qu'il considérait Kering et la famille Pinault comme des actionnaires de long terme même après la scission.

Il a également déclaré que le projet de scission n'affecterait pas la stratégie de Puma, qui livrera plus de d'informations sur celle-ci le 20 mars, à l'occasion d'une journée investisseur à Londres.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Nike a profité d'une faille fiscale en Europe pour éviter de payer 12 Mds$ d'impôts en 10 ans

VIDEO: Le cycling est un phénomène aux États-Unis — voici à quoi ressemble une séance