Tim Cook, Apple

Tim Cook, patron d'Apple.
REUTERS/Thomas Peter

Qualcomm, contre lequel Apple a déposé plainte aux Etats-Unis, a riposté en accusant à son tour le fabricant de l'iPhone d'avoir violé certains accords et d'avoir incité les autorités de régulation de plusieurs pays à engager des poursuites contre lui sur la foi de déclarations mensongères.

En janvier dernier, la firme à la pomme a porté plainte contre Qualcomm en lui réclamant un milliard de dollars (935 millions d'euros), trois jours après les poursuites engagées par l'administration américaine contre le spécialiste des processeurs, accusé de pratiques anticoncurrentielles sur le marché des semi-conducteurs pour téléphones portables.

"(Apple) a lancé une attaque générale contre Qualcomm et tente d'utiliser son énorme puissance afin de contraindre Qualcomm à accepter des termes de contrats de licence injustes et déraisonnables", a déclaré le spécialiste des puces dans un communiqué publié lundi.

Apple s'est ingéré dans ses accords de licence portant sur la fabrication des iPhone et des iPad, a ajouté Qualcomm.

En réponse au communiqué de Qualcomm, le groupe de Cuppertino a réitéré ses accusations selon lesquelles Qualcomm a surfacturé ses composants et a refusé de lui accorder environ un milliard de dollars de remises sur lesquelles il s'était engagé.

Apple a également engagé des poursuites contre Qualcomm à Pékin.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : GRAPHIQUE DU JOUR: Comment le Mac a perdu en importance chez Apple