Figurines Lego à la Fnac. Facebook/Fnac

Fnac-Darty a déposé mi-juin une offre de reprise pour les magasins de La Grande Récré, en redressement judiciaire depuis mars.

Le tribunal de commerce doit trancher d'ici la fin du mois.

"Si son offre est acceptée, ça serait une très belle aventure pour la Fnac mais aussi un grand défi", analyse l'expert en retail Rodolphe Bonnasse, président de CA-COM. "Le marché du jouet est merveilleux car il permet d'attirer en une fois deux cibles: enfants et parents."

C'est néanmoins un marché très compliqué. Entre la moitié et les deux tiers du chiffre d'affaires sont réalisés en fin d'année.

"C'est très saisonnier et donc très consommateur de cash pour tenir le reste de l'année", ajoute Rodolphe Bonnasse.

"C'est aussi un marché de grande expertise et de grande innovation. Il faut avoir du flair pour anticiper les best-sellers car les commandes se passent bien en amont, dès janvier ou février, pour approvisionner les rayons avant Noël."

"Pour la Fnac, c'est un défi mais ils ont raison de regarder cela. Les difficultés que connaissent Toys'R'Us ou la Grande Récré relèvent essentiellement de problèmes financiers, pas de problématique d'exploitation. Ils sont étranglés par leur dette. Une dette qui sera épongée par le biais du dépôt de bilan."

La reprise des actifs de La Grande Récré serait donc une belle opération pour la Fnac. "Elle permettrait de réconcilier deux univers, celui du jouet et celui des jeux digitaux et connectés. Il y a une grande complémentarité par rapport à l'offre actuelle de la Fnac, qui ouvre la porte à d'intéressantes synergies", estime encore le président de CA COM.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La Fnac propose un plan B pour sauver La Grande Récré — voici pourquoi ça pourrait marcher

VIDEO: Voici les effets de la marijuana sur votre sommeil