Satya Nadella, DG de Microsoft. REUTERS/Ruben Sprich

Bercy aurait notifié un redressement fiscal de 600 millions d'euros à Microsoft France, a révélé l'Express.

Ce serait le plus gros redressement émis à l'encontre d'un géant de la tech, après celui de 1,115 milliard d'euros imposé à Google en juin dernier — la filiale d'Alphabet avait finalement échappé à cette amende grâce à un jugement du tribunal administratif de Paris.

La filiale française de Microsoft est accusée d'avoir, en facturant ses services publicitaires à des clients français depuis Dublin, réussi à transférer "20,6 milliards de dollars de chiffres d’affaires" en Irlande rien qu'en 2016. 

Cette stratégie fonctionne car Microsoft France est présenté uniquement comme une passerelle (un "agent commercial") entre les clients qui achètent des bannières et mots-clé à Microsoft Ireland Operations.

Cette opération représenterait "un quart des facturations totales de la firme", affirme l'Express.

Contacté par l'hebdo, Microsoft France a répondu "agir dans le respect des lois et des règlements de tous les pays au sein desquels l’entreprise opère, travaillant en relation étroite avec les administrations fiscales locales."

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Bruxelles inflige une amende de 2,42 Mds€ à Google pour abus de position dominante