Reed Hastings, DG de Netflix. Ernesto S. Ruscio/Getty Images pour Netflix

Les résultats de Netflix au troisième trimestre ont dépassé les attentes de Wall Street grâce à une hausse du nombre d'abonnés, mais le géant du streaming vidéo a averti les investisseurs que les coûts de développement de contenus originaux pèseront sur ses bénéfices à la fin de l'année.

Netflix a ainsi recruté 6,96 millions de nouveaux abonnés au troisième trimestre, bien au-dessus des 5,3 millions de nouveaux abonnés qu'il avait séduits à la même période l'an dernier et des 5 millions attendus par les analystes.

Le recrutement d'abonnés supérieur aux prévisions, combiné à certains avantages non récurrents liés à la comptabilité, ont permis à Netflix de surpasser facilement les objectifs de bénéfice attendus par Wall Street. La société a affiché un bénéfice de 89 cents par action sur le trimestre, soit 21 cents de plus que ce que les analystes interrogés par Bloomberg avaient prévu.

L'action de Netflix était en hausse de 41,72 $, ou 12 %, à 388,12 $ dans les échanges après-Bourse mardi. L'action a gagné jusqu'à 15 % dans les échanges après-Bourse.

Alors même que les investisseurs saluaient la bonne nouvelle, Netflix a averti que son bénéfice par action au quatrième trimestre ne serait que de 23 cents par action, soit moins de la moitié de ce que Wall Street avait prévu. Netflix a déclaré que son résultat net serait plombé par l'obligation de comptabiliser dans son compte de résultat l'argent qu'elle a investi dans les licences et le développement de ses films et émissions, en particulier ses "Originals".

>>>> Découvrez l'univers Business Insider France sur Instagram <<<<

Netflix a déclaré qu'elle continuerait à investir massivement dans le contenu et a souligné la concurrence croissante à laquelle elle est confrontée de la part de géants comme Apple et Amazon dans sa lettre trimestrielle aux actionnaires.

Netflix explique:

"Des sociétés de contenu telles que WarnerMedia et Disney/Fox se lancent dans l'auto-distribution de leur propre contenu ; des sociétés de technologie comme Apple, Amazon et d'autres investissent dans du contenu de qualité supérieure pour améliorer leurs plateformes de distribution. Au milieu de ces concurrents massifs des deux côtés, ainsi que des entreprises de médias traditionnelles, notre travail consiste à faire en sorte que Netflix se démarque afin que lorsque les consommateurs ont du temps libre, ils choisissent de le passer avec notre service."

Voici ce que Netflix a annoncé pour le T3, comparé aux prévisions des analystes:

  • Chiffre d'affaires du 3e trimestre: 4 milliards de dollars. Les analystes s'attendaient également à 4 milliards de dollars. Au cours du même trimestre de l'exercice précédent, Netflix a réalisé un chiffre d'affaires de 2,98 milliards de dollars.
  • Bénéfice par action (GAAP) du T3: 89 cents. Wall Street visait 68 cents par action. Au T3 de l'an dernier, le BPA était de 29 cents.
  • Nouveaux abonnés au T3: +6,96 millions. A la même période l'an dernier, Netflix a recruté 5,3 millions d'abonnés.
  • Chiffre d'affaires prévisionnel au T4: 4,2 milliards de dollars. Avant la publication des résultats, les analystes avaient anticipé une prévision de 4,23 milliards de dollars. Au quatrième trimestre de l'exercice précédent, Netflix a engrangé 3,29 milliards de dollars.
  • Bénéfice par action, prévisionnel T4: L'entreprise vise 23 cents. Wall Street avait anticipé 50,4 cents l'action. Au même trimestre de l'exercice précédent, elle a affiché un bénéfice de 41 cents par action.
  • Nouveaux abonnés, prévisions du T4: Netflix annonce 9,4 millions. Au cours de la période des fêtes l'année dernière, le service a recruté 8,33 millions d'abonnés.

L'action de Netflix a clôturé la séance régulière de mardi en hausse de 13,27 $ l'action, soit 4 %, à 346,40 $.

Rattrapé par les investissements de Netflix dans les émissions et les films 

La société s'attend à ce que son bénéfice plonge au quatrième trimestre en raison de ses investissements dans les contenus.

Netflix a investi des milliards de dollars par an pour acquérir des licences et développer des émissions et des films pour son service de streaming. Elle intègre ces coûts dans son compte de résultats au fil du temps, habituellement au moment où les films et les émissions sont mis à la disposition des téléspectateurs.

En raison de ces coûts, la société s'attend à ce que sa marge d'exploitation — qui correspond à son bénéfice avant intérêts débiteurs, intérêts créditeurs et autres revenus et impôts — plonge, passant de 12 % du chiffre d'affaires au T3 à un maigre 4,9 % pour la période des fêtes de fin d'anneé. La société s'attend toujours à afficher une marge opérationnelle annuelle comprise entre 10 et 11 % du chiffre d'affaires.

"Nous aurions préféré que notre marge d'exploitation soit un peu plus stable au cours de l'année, et nous viserons une variation trimestrielle un peu moins importante l'an prochain dans nos progrès par rapport à notre objectif de 13 % pour l'exercice complet", a déclaré la société dans une lettre aux actionnaires.

Par ailleurs, les résultats du troisième trimestre de la société ont été stimulés en partie par plusieurs éléments comptables non récurrents.

Elle a réalisé un gain de 8 millions de dollars en réévaluant ses obligations libellées en euros. Netflix a également bénéficié d'une économie d'impôt de 38 millions de dollars découlant de la réforme fiscale de l'an dernier. Ensemble, ces deux aubaines ont contribué pour environ 10 cents de son bénéfice par action de 21 cents.

Mais l'entreprise a également bénéficié de l'arrivée d'un plus grand nombre de nouveaux abonnés qu'elle n'attendait. Son score pour le trimestre dépassait les prévisions de 2 millions.

Malgré ce reluisant trimestre et les résultats meilleurs que prévu, Netflix continue de brûler du cash.

Au cours du trimestre, les flux de trésorerie disponibles de la société — qui représentent le montant des flux de trésorerie générés ou utilisés par ses activités d'exploitation, moins le montant qu'elle consacre à des éléments comme l'équipement, les nouveaux contenus et les dépenses en immobilisations — ont plongé dans le rouge à raison de 859 millions de dollars. Il s'agit d'une hausse par rapport au déficit de 465 millions de dollars enregistré au cours de la même période un an plus tôt.

L'entreprise anticipe des flux de trésorerie disponibles négatifs pour l'exercice entre 3 et 4 milliards de dollars, bien qu'ils soient probablement plus près des premiers.

Version originale: Troy Wolverton/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 25 startups françaises qui recrutent et attirent les meilleurs talents dans l'Hexagone

VIDEO: Voici comment bien porter le short cet été