REUTERS/Andrew Yates

  • Depuis le 2 novembre 2018, l'enquête journalistique baptisée Football Leaks secoue le monde du football à coups de révélations sur les enjeux financiers colossaux de ce sport.
  • Obtenus par le journal allemand Spiegel d'une source anonyme, 70 millions de documents ont été authentifiés et analysés par 15 médias, dont Mediapart en France.
  • C'est la plus grande fuite de l'histoire du journalisme, loin devant les Panama et Paradise Papers sur les comptes bancaires offshore de célébrités.
  • Ces dernières révélations détaillent les arrangements des joueurs et dirigeants avec les règles sportives, les demandes extravagantes de footballeurs, les primes farfelues et même le fichage ethnique de jeunes joueurs.
  • Michel Platini, Neymar, le PSG, Monaco, Vladimir Poutine ont été cités dans ces documents.

Depuis le 2 novembre 2018, à chaque jour suffit sa peine pour les amoureux du ballon rond.

En mettant la main sur 70 millions de documents — la plus grande fuite de l'histoire du journalisme loin devant les Panama et Paradise Papers — Mediapart et les médias partenaires du réseau European Investigative Collaborations nous invitent dans les coulisses du premier sport au monde, qui déchaîne les passions et fait affluer des milliards d'euros.

Cette mine d'informations révèle, de l'intérieur, le fonctionnement du football en Europe où l'argent est roi et dicte le comportement des clubs, joueurs et dirigeants.

L'enquête raconte par le menu la fraude de clubs nouveaux riches, la constitution d'un cartel pour préserver ses positions, les arrangements des institutions pour des raisons géopolitiques, l'existence de clauses et primes farfelues, et même le fichage ethnique.

On y retrouve tous les ingrédients d'une série télévisée à suspens. Sauf que c'est la réalité et que les acteurs se nomment le PSG, l'UEFA, l'AS Monaco, Vladimir Poutine, Neymar, Mbappé, le Qatar.

Voici les principales révélations des Football Leaks:

Le PSG constituait des fiches ethniques sur des jeunes joueurs.

REUTERS/Muhammad Hamed

Après l'affaire des quotas en 2011 au sein de la fédération française de football, c'est désormais le club le plus puissant financièrement de l'Hexagone qui est pointé du doigt. Le PSG aurait mis en place un fichage ethnique pour recruter des jeunes footballeurs, demandant à ses recruteurs de renseigner "l'origine des joueurs détectés selon quatre catégories: "Français", "Maghrébin", "Antillais", Afrique noire". Ce fichier aurait été utilisé entre 2013 et 2018.

Il est interdit en France de collecter des données personnelles qui révèlent les origines raciales ou ethniques d'individus.

Suite à la publication de cet article, le PSG a reconnu les faits, mais nié son implication directe. "Le PSG confirme que des formulaires avec des contenus illégaux ont été utilisés entre 2013 et 2018 par la cellule de recrutement du centre de formation, dédiée aux territoires hors Île de France. Ces formulaires ont été institués à la seule initiative personnelle du responsable de ce département", selon un communiqué du club.

Le Défenseur des droits, compétent pour lutter contre les discriminations, a décidé de se saisir de l'affaire suite à ces informations.

Neymar touche une prime de 375.000 euros par mois pour applaudir et saluer les supporters du PSG — entre autres.

L'attaquant brésilien Neymar, au Parc des Princes, lors d'un match de Ligue des Champions face à Naples, le 24 octobre 2018. REUTERS/Gonzalo Fuentes

Dans l'émission Envoyée Spéciale sur France 2, diffusée le jeudi 8 novembre, on apprend que les contrats des joueurs du Paris Saint-Germain comprennent une "prime d'éthique" comme dans tous les clubs. Cette prime permet au club de sanctionner financièrement un joueur quand il ne respecte pas plusieurs règles comme la ponctualité, le personnel ou l'atteinte à l'image du club. 

Au PSG, cette prime comprend notamment le fait d'aller saluer et remercier les supporters, avant et après chaque match. Au total, elle se monte à 375.000 euros par mois pour Neymar. C'est le joueur qui touche la plus importante prime parmi les joueurs du club.

Des agents ont touché 11 M€ sur le transfert de Mbappé au PSG grâce à des subterfuges obscurs.

L'attaquant du PSG, Kylian Mbappe REUTERS/Alessandro Bianchi

Kylian Mbappé a été transféré à l'été 2017 de l'AS Monaco au PSG pour 180 millions d'euros: un prêt gratuit la première année, 90 millions d'euros en juillet 2018 et 55 millions d'euros en 2019, auxquels s'ajoute un bonus de 35 millions d'euros.

L'enquête de Mediapart révèle que deux agents — dont celui de Cristiano Ronaldo, Jorges Mendes — ont reçu au total 11 millions d'euros de commissions alors que le soir de l'accord, le PSG et Monaco avaient déclaré dans la convention de transfert: "aucun agent sportif […] n'a participé à la négociation du contrat". 

Les Football Leaks nous apprennent que ces accords pour toucher une somme sur le transfert de Mbappé ont été antidatés, ne respectant pas de ce fait les règles de la FIFA. Interrogé par Mediapart, le club de l'AS Monaco n'a pas commenté les contrats antidatés et s'est contenté d'indiquer que "Jorge Mendes et Roberto Calenda ont travaillé comme agents" sur le transfert de Mbappé. 

4 grands clubs européens font du chantage pour toucher plus d'argent au détriment de leurs rivaux.

Robert Lewandowski, David Alaba et Mats Hummels , des joueurs du Bayern Munich. REUTERS/Michael Dalder

Désireux d'accroître leur suprématie sur le football européen, plusieurs grands clubs du continent ont fait du chantage à l'UEFA, l'association organisant les compétitions en Europe pour les clubs. Il s'agit notamment du Bayern Munich, du Real Madrid, du FC Barcelone et de la Juventus de Turin, qui ont menacé de faire bande à part avec un projet de ligue fermée privée, réunissant les meilleurs clubs. 

Ces quatre équipes, qui ont remporté 25 éditions de la Ligue des Champions à elles seules, ont ainsi obtenu de nouveaux avantages.

Les participants à la Ligue des Champions ont vu leurs gains renforcés de 150 millions d'euros supplémentaires par an, tandis que la Ligue Europa, la petite coupe d'Europe réunissant les clubs qui ne sont pas parvenus à se qualifier pour la Ligue des Champions, perdait 60 millions d'euros et les ligues nationales 20 millions.

De plus, les performances passées ont désormais beaucoup plus de poids dans la répartition des recettes générées par la compétition, pénalisant de fait les clubs français.

Si le cartel n'a pas obtenu une réduction de la Ligue des Champions à 24 équipes, contre 32 aujourd'hui, il a décroché auprès de l'UEFA des places garanties pour jouer la compétition pour les quatre premiers des championnats anglais, italiens, allemands et espagnols, contre seulement deux pour la France (plus une troisième en option).

L'UEFA a fermé les yeux sur 6 Mds€ de financements frauduleux de plusieurs clubs.

Le joueur de Manchester City Fabian Delph écope d'un carton rouge lors d'un match face à l'équipe de Wigan. YouTube/MrFootball

Les médias partenaires ont fait leurs comptes: l'UEFA aurait couvert 6 milliards d'euros de financement frauduleux, ne respectant pas ses règles du fair-play financier. Ces montages ont profité au PSG, à Manchester City, à Monaco et au Zenith Saint-Petersbourg, le club préféré de Vladimir Poutine, et ce quelques mois avant la Coupe du monde organisée en Russie.

L'ancien président de l'UEFA Michel Platini, son successeur Aleksander Ceferin et même l'actuel patron de la Fifa, Gianni Infantino, seraient intervenus en personne pour couvrir des contrats de sponsoring bidons.

Le Qatar a fait venir des joueurs africains mineurs en Europe pour se constituer une équipe dans l'optique de la Coupe du monde 2022.

Le prince héritier du Qatar, Cheikh Tamim bin Hamad al-Thani, arrive au stade Al-Sadd lors du dernier match du tournoi "Crown Prince Cup" à Doha, le 22 avril 2006. REUTERS / Stringer

La Qatar, pays organisateur de la Coupe du Monde 2022, miserait sur de très jeunes joueurs africains pour mettre sur pied une équipe nationale compétitive.

"Ils détectent des talents, les entraînent et les éduquent, ce qui est bien, mais ils s’assurent aussi que les meilleurs obtiennent la nationalité qatarie afin de construire une solide équipe nationale", soupçonne en 2013 Jérôme Valcke, alors secrétaire général de la Fifa. 

Problème, le programme mis en place par le Qatar, baptisé Aspire Football Dreams (AFD), "facilite le transfert international de mineurs de pays sous-développés à grande échelle et on n'en retrouve rien dans le TMS (Transfer Matching System, ndlr)", le système de contrôle des transferts internationaux de la Fifa, note dans un rapport de 2014 l'enquêteur du service Intégrité et conformité de la fédération internationale.

Pour opérer des transferts opaques, le programme Aspire se serait notamment appuyé sur le club belge Kas Eupen, racheté en 2012 par QAZF (Qatar Aspire Zone Foundation), qui gère un réseau global d’académies de football. Une quarantaine d’Africains venant d’Aspire seraient passés par ce club.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Comment le PSG, le club du joueur le plus cher du monde, gagne et dépense ses millions

VIDEO: Tout ce que l'on sait à propos du smartphone pliable de Samsung