Les algorithmes sont partout mais il y a une chose que les Français ne sont pas forcément prêts à confier à un robot

Des robots Pepper en train d'être programmés à la conférence mondiale de Robots à Beijing, le 22 août 2017. REUTERS/Thomas Peter

Le marché des robo-advisors est actuellement estimé à 200 milliards de dollars, mais pourrait atteindre 2200 milliards de dollars à l'horizon 2020, autrement dit, dans à peine trois ans, selon une étude menée par le cabinet A.T. Kearney, 

Mais les résultats d'un sondage présenté ce jeudi 7 septembre par le cabinet Deloitte montre que les Français ne seront peut-être pas prêts aussi tôt.

Selon la 7e édition de son étude sur les relations entre les banques et les clients, 57% des personnes interrogées aimeraient que leur conseiller possède plus de compétences techniques.

"Avec en moyenne, 250 produits bancaires, la technicité est un véritable enjeu", a souligné Baudoin Choppin de Janvry, directeur conseil bancaire chez Deloitte, lors de la présentation de l'étude.

Mais plus de technicité ne veut pas forcément dire avoir recours à l'aide de robots.

Alors que les algorithmes sont aujourd'hui un peu partout, l'étude de Deloitte révèle que les Français ne sont pas prêts à laisser leur conseiller bancaire se faire accompagner par un robo-advisor (conseiller-robot) pour gérer leur épargne.

Un robo-advisor donne des conseils en gestion de patrimoine automatisé, en se basant sur des algorithmes et le big data. 

D'après les résultats de l'enquête du cabinet d'audit et de conseil, seuls 6% des personnes sondées accepteraient certainement que leur conseiller bancaire habituel utilise un robo-advisor en complément de ses propres avis et recommendations pour les aider dans le gestion de leur argent.

37% ont répondu "oui, probablement", 38% "non, probablement pas" et 19% "non, certainement pas".

Par ailleurs, pour que ces robo-advisors puissent fonctionner au mieux et proposer des produits et services mieux adaptés à leurs besoins, les clients devraient partager des informations personnelles avec leur banque. 

Mais selon l'enquête de Deloitte, même si 62% des personnes interrogés se disent prêts à accepter de le faire, la tendance est à la baisse par rapport aux années précédentes. L'an dernier, 65% des sondés avaient répondu oui, 69% en 2015 et encore 76% en 2013.

Pour l'étude Deloitte, réalisée en juin 2017, 3304 clients particuliers de banques françaises — de tous types (classiques, mutualistes, en ligne et la seule banque publique en France qui est la Banque Postale) — ont été interrogés en ligne.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 'Nous essayons de donner tout ce qu'on a': Le géant du chocolat Mars promet 1Md$ pour lutter contre le réchauffement climatique

VIDEO: Voici à quoi sert le petit carré en cuir sur votre sac à dos

Nouveau ! Découvrez BI Intelligence Profitez dès maintenant de notre offre de lancement ›

Contenu Sponsorisé

En 40 ans, l'automobile a bien changé — voici des évolutions impressionnantes qui le prouvent

  1. ÎSIS

    LA France et ses robots!
    Alors il y en a qui ont rien comprit ,il existe 2 mondes en France :Ceux de 45,50,60,début 70 papi boomers et mamies boomers(45-.50),(60-70)dit les enfants sacrifiés Americains:(1 pied dans l'ancien ,1 pied dans le futur)
    Alors de la monnaie ,sous, et billets à tirer encore à la machine(pour les courses et le reste à payer en chèque),SURTOUT NE PAS CHANGER DE MONNAIE et pleins de comptes qui dort (matelas) et le mot impots à bannir du vocabulaire ça hérisse!! .Avoir une carte mais pas s'en servir elle dort ,avoir son téléphone fixe ,portable,tabletteset parler à "UN HUMAIN" même si il s'engueule avec par TOUTATIX!
    Majorité actuelle ,le français ancien vit vieux 90 ans et +
    Puis la génération 80,90,2000 accés à l'informatique simple ou pas,avancée à petits pas avec habitudes ,commencement du tout electrique et tout fait ,robotique maison qui éclot actuellement,vehicule electrique et robotique emergente dans certaines maison ! (il faut les compter sur le bout des doigts )Vit moins vieux 50 ans(beaucoup de cancer et alzheimer et SIDA mais se regenére sur les naissances en baisse en 2018 et apports de personnes étrangére désirant travailler et vivre en France!Banque en ligne et surtout portable et nouvelles fonction informatiques en pointes;converserez peut -être plus facilement avec un robot.
    Pour l'instant c'est la generation 45 et 50 qui tient les bourses de la France et pas questions "de ces saloperies de machines" CAPITO!

Laisser un commentaire

Copyright © 2016 Business Insider Inc. Tous droits réservés. Conditions d'utilisations | Charte de protection des données | Publicité

Editions Internationales US UK DE FR AUS ID IN MY SG PL SE NL