'Il faut respecter les règles': la France et le Royaume-Uni vont défier Pékin dans la mer de Chine méridionale

Le président français, Emmanuel Macron et la Première ministre du Royaume-Uni, Theresa May. Julian Finney/Getty Images

  • La France et le Royaume-Uni vont défier Pékin en naviguant dans les eaux contestées de la mer de Chine méridionale. 
  • Le secrétaire d'État à la Défense britannique, Gavin Williamson, a déclaré que les nations "doivent respecter les règles", lors de cette annonce.
  • La ministre française des Armées a dit qu'elle allait préconiser à sa flotte de s'éloigner des "eaux territoriales", mais qu'elle "naviguera". 
  • L'annonce est intervenue un jour après que le secrétaire d'État à la Défense américain, Jim Mattis a dit que la militarisation de la mer de Chine méridionale servait à l'"intimidation et la coercition", et qu'elle aurait des "conséquences dans le futur". 

La France et le Royaume-Uni vont tous deux défier Pékin en naviguant dans les "eaux territoriales" dans la mer de Chine méridionale, cette semaine. 

La ministre française des Armées, Florence Parly, et le secrétaire d'État à la Défense, Gavin Williamson, ont fait l'annonce au cours d'une prise de parole au Dialogue de Shangri-La, à Singapour, dimanche 3 juin. Si aucun des deux représentants des gouvernements n'a mentionné la Chine en ce qui concerne cet exercice qui impliquera la Marine nationale française et des navires britanniques, le langage utilisé la visait.

"Soyons clairs sur le fait que les nations doivent jouer dans les règles, et qu'il y a des conséquences à ne pas le faire", a dit Williamson, ajoutant que le Royaume-Uni enverrait trois vaisseaux dans la mer de Chine méridionale cette année, pour faire appliquer l'ordre international fondé sur des règles. 

Parly a également donné d'autres détails sur la manière dont ce défi se déroulera:

"À un moment donné, une voix s'immiscera dans un transpondeur et nous sommera de naviguer loin des supposées 'eaux territoriales'", a dit Parly. "Mais notre commandant leur répondra calmement qu'il continuera à naviguer, parce que, selon les lois internationales, ces eaux sont de toute évidence, des eaux internationales". 

"En exerçant notre liberté de navigation, nous nous positionnons comme opposants persistants à la création de toute revendication de souveraineté de facto sur les îles", a ajouté Parly. 

La mer de Chine méridionale est une zone très fortement contentieuse, que la Chine, Brunei, Taiwan, la Malaisie, le Vietnam et les Philippines revendiquent. 

Mais la Chine a attisé de plus en plus de colère pour la militarisation des îles, et les États-Unis ont récemment désinvesti la Marine chinoise de l'armée internationale, parce que la "militarisation continue des terres disputées dans la mer de Chine" par Beijing sert "uniquement à animer des tensions et déstabiliser la région". 

Le secrétaire d'État américain à la Défense, Jim Mattis, a réitéré ses positions ce samedi 2 juin, lors du meeting de Singapour, indiquant que le placement d'armes dans les îles de la mer de Chine méridionale "est lié directement à une utilisation de l'armée à des fins d'intimidation et de coercition". 

"Il y aura des conséquences à ce que la Chine ignore la communauté internationale", a-t-il ajouté. 

"Je crois qu'il y a des conséquences plus larges dans le futur, quand les nations perdront leurs liens avec leurs voisins... au bout du compte, ces [actions] ne seront pas fructueuses", a-t-il dit.

Quelques heures plus tard, le Lieutenant-général chinois He Le, a critiqué "les commentaires irresponsables des autres pays". 

"Certains pays, au nom d'une soi-disant 'liberté de navigation' et d'une 'liberté d'aviation', ont envoyé des vaisseaux armés et des avions dans les eaux et les airs proches d'un territoire chinois, naviguant même à moins de 12 miles nautiques des eaux chinoises", a-t-il dit.  

"Cela compromet la sécurité de la Chine et remet en question la souveraineté de la Chine", a-t-il dit, soulignant que de tels actes "sont les fondements mêmes de la militarisation de la mer de Chine méridionale". 

Version originale: Tara Francis Chan/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La raison d'être de l'entreprise tech chinoise ZTE est d'espionner les autres pays, selon un concurrent cité par des documents judiciaires

VIDEO: La fondatrice d'une startup américaine raconte pourquoi elle a quitté Google après seulement 2 ans

Nouveau ! Découvrez BI Intelligence Profitez dès maintenant de notre offre de lancement ›

Contenu Sponsorisé

Les meilleures astuces d'entrepreneurs pour gagner du temps

  1. lemayec

    Macron, apparait bien comme une marionnette anglo saxonne! Il veut faire le beau vis à vis de Washington, mais cela tourne au ridicule!Que vont pouvoir faire nos petits bateaux si loin contre un géant dont la marine évolue à un niveau de plus en plus considérable!
    Pourquoi ne les envoie t il pas dans le golfe du Mexique pour voir?

Laisser un commentaire