• Le principal opposant à Vladimir Poutine en Russie a posté une vidéo sur YouTube accusant de corruption le vice Premier ministre en se basant sur des photos Instagram.
  • Instagram a retiré des contenus y faisant référence à la demande de l'organe de "supervision des médias et des communications" russe.
  • YouTube n'a pas encore cédé.

La Russie menaçait de bloquer YouTube et Instagram dans le pays. 

Cédant face à la pression, Instagram a bloqué, ce 15 février 2018, des contenus relayant des accusations de corruption portées par Alexey Navalny, principal opposant à Vladmir Poutine, contre le gouvernement russe, rapporte la BBC

YouTube a pour l'instant refusé d'en faire autant.

Alexey Navalny est l'un des principaux opposants à Vladimir Poutine en Russie. Le 8 février, il a posté sur YouTube une vidéo de 25 minutes dans laquelle il accuse le vice-premier ministre russe Sergei Prikhodko d'avoir accepté des pots-de-vin du milliardaire Oleg Deripaska.

Dans sa vidéo YouTube, Navalny s'appuie sur des posts Instagram publiés par une jeune femme escort-girl, qui auraient permis d'identifier Prikhodko sur le yacht de Deripaska. 

Le milliardaire a porté plainte auprès d'un tribunal régional pour que cette vidéo ainsi que les contenus postés sur Instagram soient retirés. Le tribunal a ordonné à YouTube et Instagram de les faire disparaître, a rapporté le Guardian.

Le service fédéral de "supervision" des médias et télécommunications russe — la Roskomnadzor a également ajouté la vidéo YouTube de Navalny à sa "liste fédérales des contenus extrémistes", ce qui la rend illégale. Il avait donné jusqu'au 14 février aux plateformes américaines pour retirer ces contenus, précise 20 Minutes.

La jeune escort a retiré une partie des contenus Instagram mis en cause d'elle-même, mais Instagram a retiré les derniers mis en cause.

Alexey Navalny s'est ému de cette suppression, accusant la plateforme américaine sur Twitter: "Vous devriez avoir honte, Instagram, d'obtempérer à la demande russe de censure illégale."

A la date du 16 février 2018, YouTube n'avait pas supprimé la vidéo de l'opposant russe.

L'année dernière, la Russie avait déjà menacé de bloquer Facebook, propriétaire d'Instagram, si le réseau social n'acceptait pas de stocker des données relatives aux citoyens russes sur des serveurs dans le pays.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Vous verrez bientôt des photos floues sur Instagram — voici pourquoi

VIDEO: La pire chose à faire quand vous vous levez le matin — selon un médecin du sommeil