REUTERS/Mariana Bazo

Au niveau mondial, les dettes des entreprises ont tendance à diminuer. C'est le constat dressé par Euler Hermes. 

Dans une étude publiée début août, la société française d'assurance-crédit précise que le taux moyen d'endettement net est tombé à 53% en 2017, en baisse de 3,2 points par rapport à l'année précédente.

Cette tendance générale, dans un contexte de croissance des revenus, masque néanmoins "une hausse des ratios d'endettement dans certains secteurs et régions vulnérables", observe Euler Hermes.

Les secteurs les plus exposés sont ceux confrontés à un changement structurel, lié notamment à la digitalisation de l'économie, au changement climatique ou à l'évolution des besoins des consommateurs. Les entreprises sont alors contraintes de s'endetter pour se transformer.

Le rapport de l'assureur-crédit couvre seulement les entreprises dont le bilan affiche une dette nette après prise en compte de la trésorerie. Cela peut expliquer que le secteur des télécoms ne figure pas parmi les plus endettés, alors qu'une étude réalisée par l'agence de notation Moody's, relevée par Les Echos, considère qu'il s'agit du secteur le plus endetté d'Europe.

Les sociétés de télécommunications ont besoin d'emprunter pour financer leurs infrastructures et s'adapter aux évolutions technologiques. Mais généralement, leurs activités génèrent aussi d'importants flux de trésorerie.

Voici les 7 secteurs qui présentent le taux d'endettement moyen le plus élevé, selon Euler Hermes, qui retient dans son étude uniquement les sociétés cotées et non-financières:

7. Les constructeurs automobiles — taux d'endettement moyen du secteur: 55%

Usine de Dongfeng Peugeot Citroën avant le démarrage de la production à Chengdu, dans la province du Sichuan, en Chine, le 6 septembre 2016. China Daily/via REUTERS.

Les constructeurs automobiles sont affectés par la hausse du prix du pétrole et les régulations relatives au changement climatique, qui incitent à investir dans de nouvelles technologies.

5e ex-aequo. La métallurgie — 56%

Usine d'ArcelorMittal à Gand, en Belgique, le 22 mai 2018. REUTERS/Yves Herman/File Photo

Concernant la métallurgie, "certains sous-segments du secteur affectés par les mesures protectionnistes pourraient souffrir prochainement et voir leur taux d’endettement s’accroître", prévient Eurler Hermes.

5e ex-aequo. La construction — 56%

Los Angeles, Californie, le 30 juillet 2018. REUTERS/Lucy Nicholson

4. L'agroalimentaire — 58%

Supermarché à Nice, en France, le 18 juillet 2018. REUTERS/Eric Gaillard/File Photo

3. L'énergie — 68%

Oklahoma, le 15 septembre 2015. REUTERS/Nick Oxford

2. Le transport — 71%

Colomiers, près de Toulouse, France, le 19 juillet 2018. REUTERS/Regis Duvignau

Le secteur du transport, comme les constructeurs automobiles, subit la hausse du prix du pétrole et les régulations relatives au changement climatique, qui incitent à investir dans de nouvelles technologies.

1. Le papier — 78%

23ème Foire internationale du livre de Lima, au Pérou, le 1er août 2018. REUTERS/Mariana Bazo

L'industrie du papier doit faire face à la digitalisation des usages. L'endettement est élevé, mais le secteur devrait connaître une hausse des marges grâce aux évolutions démographiques et des habitudes de consommation, favorables à la production de papiers-tissus et d'emballages, souligne Euler Hermes.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 4 risques pèsent sur le secteur financier français, selon la Banque de France — et les ménages sont parmi les premiers concernés

VIDEO: Le premier robot de combat chinois est arrivé et veut affronter celui des Etats-Unis