Capture d'écran de "Dear White People" sur Netflix France. YouTube/Netflix.

Enfilez votre pull de Noël le plus doux, chaussez vos pantoufles les plus confortables, sélectionnez la connexion wifi la plus rapide: c'est l'heure du rattrapage des séries les plus importantes de l'année 2017 sur Netflix en France.

En un an, la plateforme a décuplé son catalogue de productions originales, décourageant tout espoir d'exhaustivité. C'est pourquoi nous avons sélectionné les productions qui ont le plus marqué cette année, par leur qualité ou leur succès auprès du public.

Voici les 9 des séries à visionner sur Netflix pendant les fêtes de fin d'année.

"Nola Darling n'en fait qu'à sa tête"

Il n'y a pas meilleure remède à la grisaille d'un mois de décembre que les rues chaudes du New York de "Nola Darling n'en fait qu'à sa tête", la série adaptée par Spike Lee de son propre film sorti en 1986. Ce récit non linéaire reprend les mêmes codes (regards caméra, voix-off) et personnages (une femme et ses trois amants) que le long-métrage d'il y a 30 ans tout en remettant au goût du jour les sujets de discrimination, harcèlement, libération de la parole et afroféminisme, abordés ici avec beaucoup de simplicité et de douceur.

"Easy" (saisons 1 et 2)

Rarement une série a aussi bien porté son nom. "Easy" est une compilation d'épisodes unitaires de 30 minutes, que l'on peut picorer entre deux apéros de Noël. Sans prétention, la production de l'Américain Joe Swanberg est idéale pour passer un bon moment au milieu de personnages que son créateur ne juge jamais et couve d'un regard bienveillant.

"13 reasons why"

Il vous faudra faire des réserves de bûches à jeter dans la cheminée si vous comptez regarder d'une traite le plus gros succès de Netflix de cette année. Les 13 épisodes — pour les 13 cassettes laissées derrière elle par une adolescente après s'être donnée la mort — de 50 minutes peuvent parfois trainer en longueur, mais la série a su mettre le doigt sur une atmosphère contemporaine, traitant avec beaucoup de minutie de la difficulté de grandir dans un milieu où les oppressions s'accumulent quotidiennement. Un bémol: on lui reprochera la relative absence de nouvelles technologies, dans une production qui se veut pourtant le reflet d'une génération actuelle sur-connectée, biberonnée à l'échange de photos éphémères.

"BoJack Horseman" (saisons 1 à 4)

Avec une nouvelle saison plus mélancolique que jamais, "BoJack Horseman" s'est imposée en 2017 comme l'une des productions immanquables du paysage des séries américaines. La série animée a entamé cette année un virage poético-cynique magnifique, grâce à ses personnages torturés traversés de questionnements et discours tristes. Si les séries animées vous rebutent, "BoJack Horseman" saura vous faire changer d'avis. 

"Dark"

A mi-chemin entre le polar glaçant et une version anti-nostalgique de "Stranger Things", la série "Dark" — première série allemande produite par Netflix — est la bonne surprise de cette fin 2017. Si l'on parvient à passer outre le synopsis attendu (un garçon disparaît dans une forêt dans des circonstances mystérieuses), on est rapidement récompensé par une histoire bien ficelée et, surtout, l'ambiance léchée qui rappelle les envolées esthétiques lyriques de "The OA", que l'on vous conseillait l'été dernier

"Dear White People"

Il y avait le film de 2014, il y a à présent la série de 2017. "Dear White People" de Justin Simien, produite et diffusée depuis avril sur Netflix, montre le quotidien d'étudiants noirs au sein d'une université reconnue majoritairement blanche, et le combat d'une jeune femme contre toutes les formes de racisme ordinaire. Didactique, drôle et puissante, la série de 10 épisodes de trente minutes se dévore d'une traite.

"Black Mirror" (saisons 1 à 4)

Netflix a annoncé le grand retour de la série d'anticipation la plus hype du moment ce 29 décembre 2017. Pour se remettre dans l'ambiance avant de binge-watcher les six nouveaux épisodes pendant les fêtes, vous pouvez dès à présent regarder les trois premières saison de la production anglaise, rachetée par Netflix en 2015. On ne pourra s'empêcher de porter une affection toute particulière aux épisodes précurseurs de 2011, plus touchants qu'une grande partie de la troisième saison.

"American Vandal"

La série qui a été le plus binge-watchée en 2017 (alors qu'elle a été mise en ligne en fin d'année) sur la plateforme américaine est une parodie de documentaires hyper intelligente et extrêmement bien présentée. "American Vandal" part d'un événement minime — quelqu'un a taggé des pénis sur plusieurs voitures dans un parking de lycée —et le traite comme un fait divers sordide. On suit le coupable présumé participer à l'enquête qui permettrait de l'innocenter, à grands coups d'interviews de suspects en gros plans, de documents intercalés dans la narration et de reconstitutions faussement sérieuses. 

Rick and Morty (saisons 1 à 3)

Dan Harmon, le papa de "Rick and Morty" — et aussi de la culte "Community" —, a mis à l'épreuve la patience de ses fans en attendant deux ans entre la diffusion de la saison 2 et la saison 3. Entre 2015 et 2017, la série animée barrée aux questionnements métaphysiques a séduit de nombreux nouveaux fans grâce au rachat des droits de diffusion par Netflix. Aussi, lorsque la saison 3 a été enfin diffusée en octobre dernier sur la chaîne Adult Swim, Rick, Morty et leur famille ont envahi les réseaux sociaux et boutiques de produits dérivés en tous genres. Un mois plus tard, Netflix a mis en ligne tous les épisodes de la troisième saison, toujours aussi folle et de plus en plus encline à se moquer d'elle-même.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici les 9 séries à rattraper sur Netflix pendant l'été pour être au taquet à la rentrée

VIDEO: Une petite astuce a permis à cette athlète de courir plus vite instantanément — la voici