Résister à la pression de son opposant: c'est tout l'enjeu du sumo. Flickr/Takato mauri

Le comité central d'entreprise (CCE) de SFR a voté une motion de défiance contre la direction de la filiale d'Altice, rapporte le journal Les Echos sur son site internet, dans un contexte de réorganisation de l'opérateur télécoms français et de chute boursière enregistrée par sa maison-mère.

"Y a-t-il un pilote dans l'avion ?", s'interrogent les représentants du personnel dans cette motion votée mercredi, citée par Les Echos. SFR n'a pas fait de commentaire.

Selon le journal, le CCE interpelle le nouveau PDG de SFR Group, Alain Weill, sur la gestion du personnel, marquée par un plan de départs volontaires, mais surtout Patrick Drahi, propriétaire de la marque depuis trois ans avec la maison-mère Altice en tant que président.

Le milliardaire a repris un rôle plus opérationnel au cours d'un mois de novembre désastreux pour son groupe, avec un cours de Bourse, qui est tombé la semaine dernière sous son cours d'introduction en Bourse et a fondu de près de 60% depuis le 3 novembre.

Après les investisseurs, ce sont donc les salariés qui lui mettent directement la pression.

Ils lui demandent de régler le problème principal responsable de ces déboires financiers: la relation client chez SFR. Depuis sa prise de contrôle par Altice en 2014, SFR a perdu plus de 1,6 million de clients sur mobile et plus d'un demi-million d'abonnés fixes.

Le CCE déplore les augmentations tarifaires "délirantes" et il rappelle que "toutes ces décisions n'ont pu être prises qu'à l'initiative de nos principaux actionnaires, Messieurs Drahi et Pereira", ce dernier étant directeur des opérations d'Altice.

Selon Les Echos, le CEE réclame des "investissements sérieux pour le service client, l'amélioration du réseau et la prospection commerciale."

Patrick Drahi en semble conscient.

Le 15 novembre, lors d'une conférence sur le secteur des technologies, médias et télécommunications (TMT) organisée par Morgan Stanley à Barcelone, il avait dit qu'il allait désormais se concentrer sur ses "clients". "Nous devons faire en sorte que le client soit content d'être chez nous".

Le quotidien Les Echos rapporte aussi que le cofondateur d'Altice a envoyé vendredi un courriel aux 1.000 managers de SFR pour les inviter à "la mobilisation" et aux "actions les plus concrètes jusqu'au moindre détail" pour améliorer la vie des clients.

La capitalisation boursière d'Altice est désormais inférieure à 9 milliards d'euros, alors que sa dette reste proche de 50 milliards.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Altice commence la vente de ses actifs 'non stratégiques' en Suisse — mais la Bourse hésite à saluer cette promesse tenue