Evan Spiegel, DG de Snap. Getty/Michael Kovac

  • 18 personnes ont été licenciées de la division de recrutement.
  • De nouvelles suppressions de postes sont attendues dans le sillage d'un nouveau système d'évaluation de la performance des employés.
  • Dans un email envoyé à ses employés le mois dernier, le DG Evan Spiegel a dit que la société allait ralentir sa dynamique de recrutement pour l'année prochaine.

La maison-mère de Snapchat, Snap Inc., vient de procéder à de nouveaux licenciements alors que la direction envisage de réduire la voilure dans différentes équipes.

Dix-huit employés ont été licenciés du pôle de recrutement cette semaine, d'après des sources proches du dossier. Un porte-parole a confirmé cette information à Business Insider ce vendredi 20 octobre mais n'a pas souhaité apporter de précisions.

Snap prévoit également de ralentir le recrutement l'année prochaine. Dans un email envoyé à ses employés le mois dernier — dont des extraits ont été vus par Business Insider — Spiegel dit que la société voulait recruter "à rythme moindre" en 2018, et les dirigeants devront prendre "des mesures difficiles" face à leurs employés les moins performants.

Le mois dernier, Snap a licencié un peu plus d'une douzaine de personnes de la division hardware, s'occupant notamment de Spectacles, les lunettes-caméra de Snapchat, comme l'avait déjà évoqué Business Insider. Des sources proches du dossier ont dit que plus de suppressions de postes pourraient être faites alors que les managers adoptent un nouveau système d'évaluation de la performances des employés. Snap, qui existe depuis six ans, n'avait pas implanté de méthode constante pour mesurer et évaluer les résultats de ses équipes à date, selon ces sources. 

Les effectifs de Snap ont augmenté rapidement aux cours deux dernières années, passant de 600 employés fin 2015 à 2600 personnes le trimestre dernier.

L'action Snap a chuté de 28% ces six derniers mois, tandis que ses investisseurs remettent en question la capacité de la marque à augmenter son chiffre d'affaires face à une concurrence grandissante de Facebook.

Version originale: Alex Heath/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Snapchat a déclenché le processus de son introduction en Bourse