Capture d'écran de l'épisode de Noël de "Sense8". Netflix

Netflix vient d'annuler "Sense8", la série créée et réalisée par les soeurs Wachowski, après deux saisons et 23 épisodes.

Lorsque la plateforme de vidéo à la demande par abonnement américaine annule une série, c'est toujours un événement.

Contrairement aux chaînes de télévision américaines classiques, Netflix avait mis en place une politique de renouvellement de ses séries qui était, jusqu'ici, quasi automatique.

Ainsi, il n'a annulé que cinq séries depuis qu'il a commencé à en produire en 2013, dont "The Get Down". Cette dernière a été annulée il y a moins d'une semaine, laissant à penser que la stratégie du géant américain est en train de changer. 

"The Get Down" (du réalisateur Baz Lurhmann) comme "Sense8" étaient deux projets ambitieux qui ont coûté beaucoup d'argent à produire — compter 120 millions de dollars pour 12 épisodes de "The Get Down". Pourtant, le DG de Netflix, Reed Hastings, a récemment insisté sur le fait qu'en pourcentage, ces montants n'étaient qu'une "goutte d'eau" dans son budget total pour la création originale.

Un produit d'appel trop faible

"Sense8" avait beau être soutenue par une fervente communauté de fans, elle ne faisait pas d'excellentes audiences, a aussi laissé entendre Reed Hastings. Mais Netflix n'a jamais communiqué sur ses audiences précises, et d'autres séries beaucoup moins populaires ont été renouvelées pour une deuxième saison. 

Les motifs de l'annulation sont à chercher du côté d'un élément que le DG de Netflix mentionne régulièrement dans ses interviews: la croissance de ses abonnés. Et plus précisément: le taux de nouveaux abonnés générés par une création originale.

L'objectif principal du géant américain est d'augmenter sa base d'abonnés. Tout le monde s'attendait à ce qu'il passe la barre des 100 millions d'abonnés au premier trimestre 2017, mais la plateforme a raté son objectif avec 98,75 millions d'abonnés.

Pour grossir, Netflix se repose notamment sur des "produits d'appel": des programmes originaux qui lui permettent d'attirer des nouveaux spectateurs, qui profiteront de l'abonnement gratuit pendant un mois pour voir une série, et resteront accrochés pour le reste du catalogue et des nouveautés.

"Orange is the new black" est par exemple un produit d'appel formidable pour Netflix — comme "House of Cards" l'a été à ses débuts — à la fois appréciée des médias et du public, des amateurs de drame et comédie.

"Sense8" et "The Get Down" sont, en revanche, des productions moins faciles d'accès, plus délirantes et plus clivantes, qui plaisent plus à un public de "niche".

Capture d'écran "Orange is the new black". Netlfix

Pour parvenir à trouver la série qui va rassembler le plus de gens tout en étant de bonne qualité, Reed Hastings a besoin de tester des choses. Tant pis s’il doit diluer son taux de réussite au passage.

Ainsi, il a fait part de son projet d'annuler plus de séries pour pousser ses équipes à dénicher des séries encore plus originales, lors d'une interview à CNBC le 31 mai dernier, comme l'a noté Vanity Fair:

"Je mets toujours la pression sur notre équipe de direction des contenus. Il faut qu'on prenne plus de risque, il faut qu'on essaye plus de choses folles, il faut qu'il y ait plus de choses qui ne fonctionnent pas. Nous devrions avoir un ratio d'annulations plus haut!"

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Netflix n’avait annulé que 4 séries depuis qu’il a commencé à en créer en 2013 — 'The Get Down' devient la cinquième

VIDEO: Voici quelques conseils pour prévenir la fatigue visuelle