Le patron de Tesla Elon Musk. REUTERS/Shannon Stapleton

Le fabricant d'aspirateurs britannique Dyson a pris le monde de court en annonçant fin septembre qu'il travaillait au lancement prochain d'une voiture électrique.

Mais le constructeur automobile que Dyson espère concurrencer, Tesla, le savait déjà — depuis deux ans. C'est que vient de révéler Bloomberg qui cite des documents de justice datant de 2015 et rendus public lundi 6 novembre. 

La source était un ingénieur français de Dyson, Pierre Pellerey, qui avait été choisi pour ce projet top secret de Dyson alors que Tesla venait de lui faire une offre d'embauche, détaille le site d'info américain. 

D'après son profil LinkedIn, Pierre Pellerey est diplômé des Arts et Métiers et de Centrale Lille et titulaire d'un doctorat en génie électrique et technologique à l'Université technologique de Compiègne. Après trois ans chez Renault, il rejoint Dyson en 2013 pour la quitter en juin 2015.

Alors qu'il venait de recevoir une offre d'embauche de Tesla, Pierre Pellerey est mis sur le nouveau projet de Dyson de construire une voiture électrique. L'offre de Tesla étant suspendue à l'obtention d'un visa pour travailler aux Etats-Unis, il n'en a pas informé son employeur britannique — de peur de ne plus être impliqué dans un projet excitant au cas où l'embauche par Tesla devait échouer sur des histoires de visa.

Tout s'est accéléré lorsqu'il a obtenu une offre de Tesla en Europe et informé Dyson de son départ, explique Bloomberg.

Le fabricant d'aspirateur exige qu'il ne travaille pas pour Tesla pendant 12 mois. Pierre Pellerey transfère un mail à un avocat de Tesla dont ce dernier pouvait déduire le projet de Dyson dans la voiture électrique.

Il y a ensuite eu un procès, que Dyson a gagné et qui a interdit à Pierre Pellerey de travailler pour Tesla pendant neuf mois. Il y a finalement commencé en juin 2016.

Vous pouvez retrouver le récit complet de cette rocambolesque fuite chez Bloomberg (en anglais).

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Des techniciens de SFR ont discrètement amélioré l'état du réseau chez Patrick Drahi juste avant qu'il ne rachète l'opérateur