Shutterstock

Comprendre une culture étrangère n'est pas toujours facile et adopter les habitudes de travail d'un autre pays l'est encore moins.

Les particularités d'une entreprise varient d'un pays à un autre, et ce qui nous semble être une habitude de travail normale peut paraître incongrue dans un pays qui n'est pas le nôtre.

C'est particulièrement vrai pour les Américains, qui ont leurs propres habitudes de travail et que d'autres pays rejettent toujours.

Voici quelques unes de ces pratiques de travail que les Américains trouvent totalement déplacées.

Les travailleurs de l'Union européenne peuvent refuser de travailler plus de 48 heures par semaine

Shutterstock

Les Américains sont connus pour travailler pendant de longues heures — figurant parmi ceux qui travaillent le plus longtemps au monde.

L'inverse est vrai dans la plupart des pays de l'Union européenne, où c'est même un droit.

La directive sur le temps de travail donne aux travailleurs européens le droit de travailler moins de 48 heures par semaine.

En pratique, les Européens tendent à travailler moins longtemps. En Allemagne, en France et en Suisse, par exemple, la moyenne est proche des 35 heures, a observé Cary Cooper, professeur à la Manchester Business School.

Au Japon, les employés peuvent dormir au travail — et sont même salués s'ils le font

Shutterstock

Les travailleurs américains sont réputés pour être insomniaques et se félicitent de la privation de sommeil comme d'une médaille d'honneur.

Les travailleurs japonais ont quant à eux la réputation d'être de gros dormeurs — d'ailleurs, il y même un mot pour décrire "le phénomène de mort liée au manque de sommeil" ('Karoshi') — les entreprises ont donc institutionnalisé une pratique qui serait très mal jugée aux Etats-Unis: la sieste au travail.

Au Japon, faire la sieste au bureau est non seulement commun, mais même signe de la rigueur de l'employé. Le nom de cette pratique est "inemuri", ou "dormir en service", et ce phénomène devient plus courant avec l'âge, dit le New York Times.

La règle d'or de l'inemuri est de respecter l'espace vital de ses collègues au moment de dormir.

Il serait très impoli de "s'étendre sur une table en salle de conférence ou de prendre plusieurs places dans le train, ou même de s'étendre sur le banc d'un parc", précise Theodore Bestor, professeur d'anthropologie sociale à Harvard, au Times.

Au Japon, toujours, les employeurs de travailleurs en surpoids peuvent être sanctionnés

Shutterstock

Les employés japonais âgés d'entre 45 et 74 ans sont contraints à des pesées annuelles.

Cette mesure, prise en 2008, connue sous le nom de loi "metabo", a été prise dans le but de réduire les risques d'obésité, de diabète et autres pandémies. Le tour de taille limite est de 88,9 centimètres pour un homme et 80 centimètres pour une femme.

D'après le New York Times, les individus qui dépassent ce seuil sont forcés à faire un régime, et les sociétés qui ne respectent pas ces contrôles sont passibles de sanctions financières.

En France, on peut refuser de consulter ses emails en dehors des heures de travail

Shutterstock

La tendance des Américains à consulter régulièrement leurs emails en dehors du bureau peut paraître curieuse.

En France, on a tendance à facilement faire la part des choses entre vie professionnelle et vie personnelle. Cette fierté nationale a permis de faire passer une loi, pour permettre aux employés d'ignorer les emails liés au travail en dehors des heures de travail.

Cette mesure a été prise comme un "moyen de se déconnecter" et marche pour les entreprises de plus de 50 salariés.

Benoît Hamon a d'ailleurs dit à la BBC l'an dernier qu'il voulait de réduire au maximum le stress des employés.

"Les salariés quittent physiquement leur bureau, mais ne quittent pas leur boulot", a-t-il déclaré. "Ils sont comme mis en laisse électronique — comme des chiens. Les textos, les messages, les emails — tout cela empiète sur la vie privée des individus au point que parfois, ils tombent en dépression".

En Finlande, on peut conclure une affaire dans un sauna

Shutterstock

Ce n'est pas inhabituel de parler business dans un bar, un restaurant ou même sur un cours de golf. Mais vous imaginez-vous dans un sauna avec un collaborateur?

Croyez-le ou non, les négociations prises dans un bain de vapeur sont parfaitement normales en Finlande, où l'affinité pour le sauna n'est plus à démontrer.

Cette pratique est même tellement courante que certaines entreprises ont leurs propres saunas. Ça, c'est un avantage.

Les Finlandais ne jurent que par les saunas, insistant pour dire que ces séances de chaleur boostent leur créativité et les rendent plus ouverts à la discussion. Comme l'écrit le Christian Science-Monitor, le sauna est "l'arme secrète de leur réussite diplomatique et professionnelle".

Au Koweït, les travailleurs ont droit à 30 jours de congés payés par an

Shutterstock

Les Américains ont la réputation de prendre rarement des jours de congés, et les politiques autour des vacances varient d'une société à une autre.

Mais au Koweït, tous les travailleurs du secteur privé ont droit à 30 jours de congés rémunérés par an — le nombre le plus élevé au monde.

De nombreux pays européens comme l'Autriche, le Danemark, la Suède, le Luxembourg, la France et le Royaume-Uni sont dans la même fourchette avec quatre à cinq semaines de congés payés par an.

Version originale: Mark Abadi/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 11 pays qui savent le mieux développer, attirer et garder les talents pour leurs entreprises