Kevin Spacey dans la nouvelle bande-annonce de "House of Cards" saison 5. YouTube/Netflix

Des trolls russes auraient été obligés de visionner la série 'House of Cards' en anglais pour "comprendre les problèmes des Etats-Unis d'Amérique" avant de poster des commentaires anti-Hillary Clinton sur les sites d'information.

C'est ce qu'affirme un homme qui aurait été membre de la "Internet Research Agency" (IRA), une organisation russe identifiée par le New York Times ayant pour but de faire de la propagande en ligne, a rapporté un journaliste de Yahoo.

Le journaliste cite une interview que l'homme — qui se fait appeler "Maksim" — a accordée à la chaîne de télévision russe indépendante, TV Rain.

"Maksim" y explique avoir été membre de la IRA en 2015, soit un an avant l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis.

Il décrit comment l'organisation l'avait obligé à regarder "House of Cards" en version originale, une série de Netflix sur l'accession au pouvoir d'un homme politique véreux, afin d'apprendre "comment le système politique américain fonctionne"

"Il fallait qu'on connaisse tous les principaux problèmes qu'il y a aux Etats-Unis d'Amérique. Les problèmes d'impôts, des gays, des minorités sexuelles, des armes..." a-t-il dit.

Il a aussi expliqué comment il devait poster des commentaires en anglais sous les articles des médias en ligne comme le Washington Post ou le New York Times, afin de nourrir les clivages entre les Américains, mais aussi "diaboliser" Hillary Clinton et "retourner les Américains contre leur gouvernement [celui d'Obama, ndlr]", précise-t-il.

En revanche, il ne devait jamais citer la Russie dans ses commentaires.

Facebook a récemment révélé que de faux comptes liés à la Russie avaient acheté des milliers de pubs pendant l'élection américaine pour tenter d'influencer l'élection présidentielle de 2016. Mark Zuckerberg a ensuite détaillé un plan pour que Facebook ne soit plus utilisé pour faire basculer une élection.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : L'affaire des faux comptes russes sur Facebook est bien plus effrayante qu'elle n'y paraît — et nous ne le réalisons toujours pas