Capture d'écran du site de Knot. Knot.

Après les voitures, les scooters et les vélos, voici les trottinettes en libre-service. 

La startup française Knot a commencé à développer un petit réseau de "trottinettes connectées" en Île-de-France, en partenariat avec la ville de Paris et la SNCF, pour les déplacements sur de petites distances. 

"Il y a un gros avantage par rapport aux vélos: vous pouvez rouler sur les trottoirs avec votre trottinette — tant que celle-ci n'a pas de moteur", a expliqué Polina Mikhaylova, cofondatrice de Knot, à Business Insider France.

Dans le code la route, il est écrit que "les rollers, trottinettes ou skateboards ne sont pas considérés des véhicules. On peut les utiliser uniquement sur un trottoir et non sur la route." Les propriétaires de trottinettes qui rouleraient sur la route peuvent écoper d'une amende de 4 euros.

A ce jour, Knot ne compte qu'une quarantaine de trottinettes connectées. L'entreprise souhaite bientôt investir les rues — très piétonnes — de Strasbourg, car le marché est encore très peu exploité. En janvier dernier, une commune de l'Hérault avait déjà lancé une initiative similaire, portée par la mairie, mais les projets restent pour l'instant marginaux. 

Au vu du succès fulgurant des scooters en libre-service dans la capitale française — Bosch a a récemment rejoint la course face à deux entreprises française, il y a fort à parier que les startups investissent le marché du libre-service dans les années à venir.

Seule contrainte avec les trottinettes: ce moyen de transport nécessite la création de bornes pour les y attacher, et donc implique une modification de l'espace urbain.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : VIDEO: Les scooters électriques en libre-service de Bosch arrivent cet été à Paris — on en a testé un pour vous