Le président américain Donald Trump entouré de salariés des industries de l'acier et de l'aluminium lors de la signature de la hausse des tarifs douaniers à Washington le 8 mars 2018.. REUTERS/Leah Millis

Le DG de Tesla, Elon Musk, a interpellé sur Twitter Donald Trump sur les règles commerciales chinoises et le président américain s'est servi de ce tweet pour justifier sa politique protectionniste, qui a pris une nouvelle tournure hier avec la hausse de tarifs de certains produits importés.

Donald Trump était en train de discuter de sa décision d'augmenter les droits de douane et de ses effets possibles quand il a lu une copie imprimée du tweet de Musk, rapportent nos confrères de Business Insider US.

Après avoir lu le tweet, il a déclaré que les constructeurs automobiles américains n'étaient pas traités de manière équitable dans le cadre du commerce mondial.

"C'est d'Elon, mais tout le monde le sait", a déclaré Trump. "(Les responsables politiques) le savent depuis des années et n'ont jamais rien fait. Cela doit changer", a dit le président américain. "Nous voulons seulement de l'équité."

Trump a ensuite indiqué qu'il voulait introduire un "programme fiscal réciproque" qui correspondrait aux taxes à l'importation perçues par les pays étrangers sur les marchandises américaines.

Dans une série de messages sur Twitter publiés jeudi, Elon Musk a exhorté sur Twitter Donald Trump à dénoncer les règles commerciales de la Chine dans le secteur automobile, qui limitent la propriété étrangère de coentreprises sur le territoire chinois et imposent de fortes barrières douanières sur les véhicules importés.

Le patron de Tesla se dit "contre les taxes sur les importations en général". "Mais les règles actuelles rendent les choses très difficiles. C'est comme participer à une course des Jeux olympiques avec des chaussures lestées de semelles de plomb", écrit-il.

Ce dernier a souligné  qu'une voiture américaine "allant en Chine paie 25% de taxe d'importation mais une voiture chinoise qui vient aux Etats-Unis ne paie que 2,5%, une différence de 1 à 10".

Tesla est désireux de construire des voitures en Chine, premier marché automobile mondial, mais ses négociations avec les autorités chinoises sont difficiles en raison notamment de la volonté d'Elon Musk de conserver le plein contrôle d'éventuelles usines dans ce pays.

"Aucun constructeur automobile américain n'est autorisé à posséder ne serait-ce que 50% de ses propres usines en Chine mais il y a au moins cinq constructeurs automobiles d'EV (véhicules électriques-NDLR) de propriété chinoise à 100% aux Etats-Unis", écrit le directeur général de Tesla dans un autre tweet.

Les autorités chinoises n'ont pas répondu dans l'immédiat aux demandes de réaction aux déclarations d'Elon Musk.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Christine Lagarde vient de dire ce que les investisseurs ont vraiment à craindre des nouveaux tarifs douaniers de Trump

VIDEO: Voici ce qu'il se produit vraiment lorsque vous craquez vos doigts