Un taureau miniature en mousse devant le tableau du DAX à la bourse de Francfort en septembre 2008. Reuters/Alex Grimm

  • La Banque des règlements internationaux fait part de possibles "turbulences à long terme" dans l'économie mondiale.
  • La "banque centrale des banques centrales" affirme que les investisseurs ignorent les valeurs excessives des actifs à cause de la bonne situation économique mondiale actuelle.
  • Ces avertissements se font l'écho de ceux émis par la Banque d'Angleterre et le gestionnaire de fonds star Neil Woodford.

Le système financier mondial actuel montre d'inquiétantes similitudes avec les années qui ont précédé la crise financière mondiale de 2008, et les banques centrales doivent agir pour empêcher de graves dommages, selon la Banque des règlements internationaux

La BRI — souvent appelée la "banque centrale des banques centrales" — fait part de ses inquiétudes quant à des "turbulences à long terme" dans son rapport trimestriel et déclare être inquiète face à la potentielle surchauffe des marchés financiers mondiaux.

Elle alerte aussi sur la dette des consommateurs, qui atteint un niveau malsain dans de nombreux pays autour du monde.

"Les points faibles qui sont apparus autour du monde pendant la période anormalement longue où les taux d'intérêts étaient anormalement bas n'ont pas disparu" indique le chef de la BRI Claudio Borio.

"Les niveaux de dette demeurent élevés, tant en monnaie locale qu’en devises. Il en
va de même pour les valorisations élevées, soutenues par la faiblesse des rendements des
obligations d'État — à l’aune desquels se mesurent les prix de tous les actifs."

"De surcroît, plus la prise de risque se prolonge, plus les expositions sous-jacentes des bilans pourraient augmenter. Au calme, à court terme, pourraient succéder des turbulences à long terme", indique Claudio Borio.

Borio et le reste de l'organisation sont principalement inquiets que l'état solide du marché actuel, avec une faible volatilité, encourage les investisseurs à ignorer l'inquiétude causée par les hauts niveaux de dette et les actifs financiers surévalués.

Du côté de la dette des consommateurs, les mots de la banque se font l'écho de ceux émis par la Banque d'Angleterre, qui affirme constamment que les niveaux d'endettement élevés au Royaume-Uni sont inquiétants.

Ces avertissements de la BRI sont les derniers d'une liste grandissante de sentiments négatifs envers les tendances spéculatives dans l'économie mondiale.

La semaine dernière, Neil Woodford — le manager de fonds le plus connu du Royaume-Uni — a affirmé que les marchés autour du monde sont dans une "bulle" qui pourrait conduire vers un des pires krach boursier de l'histoire.

"Que ce soit le fait que le bitcoin dépasse les 10.000 dollars, les obligations à haut risque rapportant moins que les bons du Trésor américain, un taux de volatilité historiquement bas, ou des fonds négociés en bourse avec un triple effet de levier attirant des énormes capitaux — il y a tellement de signaux qui clignotent rouge que j'ai arrêté de compter", déclare Woodford dans le Financial Times.

Il ajoute que la valeur actuelle des actions constitue une bulle d'une ampleur telle que "j'ai été témoin que de deux ou trois similaires dans ma carrière d'investisseur".

Version originale: Business Insider / Will Martin

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le bitcoin est 'un actif spéculatif', dit le gouverneur de la Banque de France