Travis Kalanick, ex-DG d'Uber. Flickr/ Fortune Live Media

L'appli Uber pour iPhone permet à la plateforme de VTC américaine d'accéder à de nombreuses informations personnelles à la plateforme de VTC américaine, a découvert Will Strafach, un expert en sécurité, le 3 octobre dernier, avant d'être repris par plusieurs médias.

Uber dispose en effet de la permission ("entitlement" en anglais) d'Apple pour avoir accès à toutes les informations qui s'affichent sur l'écran des propriétaires d'iPhone, et même les enregistrer s'ils le souhaitent. 

"Il est très étrange qu'Uber soit la seule app (...), à part les applis d'Apple lui-même, qui ait obtenu cette permission", a commenté Strafach dans un mail à nos confrères de Business Insider US.

Alerté par les tweets de l'experte en sécurité, une porte-parole spécialisée dans les questions de sécurité lui a répondu jeudi 5 octobre:

"Cette API a été utilisée pour améliorer la compatibilité entre la carte d'Uber et l'Apple Watch avant que les applis de Watch puisse les supporter. Elle n'est pas active et va être retirée, merci!" a-t-elle déclaré dans un tweet.

"Nous travaillons avec Apple pour enlever cette fonctionnalité au plus vite", a complété un porte-parole d'Uber auprès de Buzzfeed

Cela signifie qu'Uber dispose de cette fonctionnalité depuis 2015, au moment où Apple a lancé ses premières Apple Watch.

En 2015, Travis Kalanick — fondateur et ancien DG, aujourd'hui écarté d'Uber — avait déjà rencontré Tim Cook après que la firme à la pomme s'était rendue compte qu'Uber traquait les iPhone des personnes qui avaient supprimé leur appli, avait rapporté le New York Times.

Apple est un investisseur d'Uber via Didi Chuxing, la plateforme de VTC chinoise dans laquelle Apple a investi en 2016 et qui a ensuite racheté la filiale chinoise d'Uber. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La justice américaine enquête pour savoir si Uber a enfreint la législation sur la corruption