Le CEO de Facebook Mark Zuckerberg à Menlo Park, en septembre 2015. REUTERS/Stephen Lam

Liker un commentaire peut être puni par la loi en Suisse.

C'est ce qu'un homme de 45 ans a découvert ce mardi 30 mai. Il a été condamné pour "diffamation" par le Tribunal de district de Zurich, pour avoir liké sur Facebook en 2015 six commentaires jugés diffamatoires, rapporte le Temps.

Il a été condamné à payer "40 jours-amendes à 100 francs" suisses, ce qui correspond à une amende de 3700€.

Les commentaires likés, qui datent de 2015, accusaient Erwin Kessler, un défenseur de la cause animale suisse, d'être un "fasciste", "antisémite" et "raciste".

Erwin Kessler avait porté plainte pour "atteinte à l'honneur" contre plusieurs personnes.

La juge Catherine Gerwig a jugé que l'internaute qui a liké les six commentaires était coupable de répandre la parole jugée elle-même diffamatoire.

En France, aucune jurisprudence n'existe en la matière. Il y a quelques mois, le site BuzzFeed News s'était interrogé sur la valeur à accorder aux "likes" de David Rachline, sénateur FN du Var et directeur de campagne de Marine Le Pen. Il avait apposé ces likes sur plusieurs photos sur la page officielle de Dieudonné, dont une aux côtés d’Alain Soral, condamné pour incitation à la haine raciale.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Des documents internes à Facebook montrent pourquoi de nombreux contenus violents ne sont pas supprimés