REUTERS/Mike Segar

C'est un serpent de mer qui revient régulièrement dans l’actualité du Bitcoin, mais cette fois-ci les accusations sont très documentées.

John Griffin, un professeur de finance à l’Université du Texas, a publié mercredi un document dans lequel il avance qu’au moins la moitié de la hausse du cours du Bitcoin a été artificiellement gonflée entre mars 2017 et mars 2018. Pour rappel, sa valeur est passée de 1.190 à 7.000 dollars sur cette période (+488%). L'universitaire, auteur d’importantes publications depuis la fin des années 1980 (dont plusieurs sur la fraude sur les marchés financiers), identifie la plateforme d’échange Bitfinex comme source de la manipulation. C’est la première bourse mondiale de Bitcoin.

Son étude s’est concentrée sur les séquences lors desquelles les cours du Bitcoin baissaient: à de très nombreuses reprises, il a observé des rachats massifs réalisés en Tether, une cryptomonnaie développée et contrôlée par Bitfinex (actuellement 12ème capitalisation du secteur). Ces mouvements ont été constatés à des moments similaires sur Bitfinex et sur d’autres plateformes qui acceptent le Tether.

>> À lire aussi - Nouveau krach du Bitcoin : les vraies raisons de sa dégringolade

Le chercheur n'apporte aucune preuve sur le fait que Bitfinex a volontairement favorisé une manipulation, mais les flux concernés sont quasiment tous liés à des adresses appartenant à la plateforme d’échange. Il s’est appuyé sur l’analyse de milliers de transactions relevées sur la blockchain. Celle-ci est publique et tout le monde peut vérifier les flux de crypto-monnaies. Il n’y a pas de noms, mais on peut tracer les adresses cryptographiques. Un peu comme si celles-ci correspondaient à des numéros de comptes bancaires.

John Griffin souligne que ce "boost" n'a pas profité qu’au Bitcoin, puisque d'autres crypto-monnaies, Ethereum et Zcash en tête, auraient également connu des hausses artificielles sur la même période. L’étude est jugée crédible par d’autres experts, dont Philip Gradwell, économiste en chef de Chainalysis, une société réputée dans l’analyse de la blockchain. Sans l’effet du Tether, la valeur du Bitcoin aurait dû naviguer autour de 4.100 dollars fin mars, ce qui constituerait une progression de "seulement" 245% sur un an. Celle d'Ethereum aurait dû être de 900% au lieu de 2.400%.

En conclusion de son étude, John Griffin écrit:

"La nature semi-transparente de la blockchain est une opportunité unique d’examiner les mécaniques qui se cachent derrière la croissance d’un actif lors d’une période d’intense spéculation. (...) Ces résultats suggèrent qu’il pourrait être nécessaire d’améliorer la surveillance pour obtenir un marché vraiment libre. Plus généralement, nos recherches montrent que la fraude n’est pas qu’une conséquence de la hausse des prix et qu’elle peut substantiellement contribuer à la distorsion des prix et à une mauvaise allocation du capital".

Bitfinex a nié les accusations, mais ce n'est pas la première fois qu'elle est attaquée sur ce sujet.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Une Bourse dédiée aux crypto-monnaies vient d'être lancée en Suisse

VIDEO: On a testé un cours d'art martial inspiré de Star Wars — vous êtes munis d'un sabre laser lumineux