Le quarterback des Ottawa Redblacks Henry Burris célèbre la victoire de son équipe face aux rivaux de Calgary Stampeders le 27 novembre 2016. REUTERS/Mark Blinch

Le quarterback des Ottawa Redblacks Henry Burris célèbre la victoire de son équipe face aux rivaux de Calgary Stampeders le 27 novembre 2016. REUTERS/Mark Blinch

La baisse de la livre sterling dans le sillage du vote sur le Brexit aura des répercussions pour les Britanniques amateurs de champagne.

Dans un contexte de ventes en baisse en 2016 selon les premières estimations, les maisons françaises devraient en effet augmenter sensiblement leurs prix en 2017 sur l'île.

Elles cherchent ainsi à compenser, en partie, leurs pertes de change ou de volume d'affaires.

"Les grands opérateurs devraient relever leurs tarifs dès janvier. Mais on ne pourra pas passer en une fois une hausse compensant complètement la perte de change", estime Jérôme Philipon, président du directoire de Bollinger pour qui les tarifs pourraient monter de 3% à 7%.

Comparées à celles qui facturent en livre sterling, les maisons qui facturent en euros sont plus directement touchées. Elles ont vu leurs tarifs augmenter et leurs commandes baisser, souligne Jean-Marie Barillère, président de l'Union des maisons de champagne (UMC).

La Grande-Bretagne est le premier pays d'exportation des bulles françaises. L'Hexagone reste le premier marché du champagne, avec 52% de ses ventes en volume en 2015.

En Angleterre, près de 60% des ventes de champagne passent par la grande distribution et le prosecco italien continue de gagner des parts de marché. Les ventes du vin pétillant italien ont grimpé de 34% l'an dernier, selon l'institut IRI, quand celles du champagne ont limité leur hausse à 1%.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : L'Europe va facturer 50 à 60 Mds € au Royaume-Uni dès que le processus du Brexit sera lancé