Vincent Bolloré a été placé en garde à vue pour ses activités en Afrique

Vincent Bolloré présente le lancement de Bluecongo. YouTube/Bolloré Transport & Logistics

Le journal Le Monde a révélé ce mardi 24 avril 2018 que Vincent Bolloré a été placé en garde à vue dans le cadre d'une information judiciaire ouverte pour "corruption d'agents publics étrangers" en Guinée et au Togo. 

Selon les informations du Monde, l'affaire concerne les conditions d'obtention en 2010 de deux des 16 terminaux à conteneurs opérés par le groupe Bolloré en Afrique, l'un se trouve à Lomé, au Togo, l'autre à Conakry, en Guinée.

Le cours de Bourse de Bolloré a plongé sur cette information, l'action perdant plus de 4% dans la demi-heure qui a suivi les révélations du Monde.

Cours de bourse de Bolloré S.A. le 24 avril 2018 vers 11h20, après les révélations du Monde sur la garde à vue de Vincent Bolloré. Investing.com

Les dirigeants du groupe sont soupçonnés d'avoir facilité l'arrivée au pouvoir du dirigeant  Alpha Condé, aujourd'hui président de la Guinée depuis 2010, en assurant des missions de conseil et de communication sous-facturées — via sa filiale Havas — pour la campagne électorale du candidat Condé.

En contrepartie, l'homme politique guinéen aurait permis l'obtention par le groupe Bolloré des concessions portuaires de Conakry et de Lomé.

Suite à son long exil à Paris, Alpha Condé s'est lié d'amitié avec l'ancien ministre des affaires étrangères, Bernard Kouchner et avec le milliardaire breton, Vincent Bolloré. 

Interrogé par Le Monde en 2016 sur l'obtention en 2011 de la concession du port en Guinée par Bolloré, le président guinéen avait répondu: 

"Bolloré remplissait toutes les conditions d'appels d’offres. C'est un ami, je privilégie les amis. Et alors?"

Olivier Baratelli, l'avocat de Vincent Bolloré, a confirmé à Reuters qu'une audition était en effet en cours.

Mais dans un communiqué, le groupe Bolloré "dément formellement que sa filiale de l'époque SDV Afrique ait commis des irrégularités", ajoutant que "les prestations relatives à ces facturations ont été réalisées en toute transparence". 

Selon le groupe, "les concessions obtenues au Togo l'ont été en 2001, bien avant l'entrée du groupe dans Havas et en Guinée, en 2011, à la suite de la défaillance du n°1 (le Groupe étant arrivé en seconde position à cet appel d'offres), défaillance constatée avant l'élection du Président."

En réaction à l'audition de Vincent Bolloré à Nanterre (Hauts-de-Seine), le porte-parole du gouvernement guinéen, Damantang Albert Camara, a indiqué que la concession accordé au groupe pour le port de Conakry était strictement conforme à la loi. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici pourquoi la visite d'Emmanuel Macron à Washington est inédite même si Donald Trump a déjà reçu d'autres dirigeants étrangers avant lui

VIDEO: Voici une technologie innovante pour retirer les mauvaises herbes de son jardin — sans se salir les mains

Nouveau ! Découvrez BI Intelligence Profitez dès maintenant de notre offre de lancement ›

Contenu Sponsorisé

Comment les constructeurs informatiques répondent aux besoins liés au travail nomade

  1. Richard DECAS

    L'acharnement des affichistes du "Mur des C..." contre tout ce qui sent l'argent et Sarkozy, une odeur chassant l'autre selon eux, confine aux pires moments du bolchevisme.
    En cherchant à tout prix à salir ce - de surcroît - beau chef d'entreprise, mais sale capitaliste selon eux, ils dévoilent toute la médiocrité d'une plèbe revancharde et jalouse dont la stupidité n'a d'égale que la nullité.
    La réussite commerciale du groupe créé et développé par Bolloré, tout particulièrement en Afrique, va de pair avec la création d'emplois et les investissements productifs. Elle n'est ni artificielle, ni animée par la tricherie. Elle s'inscrit parfaitement et avec le succès qu'on connaît, dans la logique d'un continent qui n'est plus le "pré carré" français sous la coupe de ronds-de-cuir balzaciens.
    Affaiblir le groupe Bolloré en Afrique, pour autant que ces petits minables y arrivent, c'est ouvrir une porte béante à tous ses concurrents, chinois, indiens et autres italiens en mal de remboursements de "frais" avancés (cf. Santullo au Gabon).
    L'Afrique est tribale avec tout ce qu'un bon juriste connaît en matière de droit coutumier. S'y adapter est une condition incontournable de la réussite.
    Remonter dans le temps, au delà même de la date de naissance des personnes morales, trahit sans équivoque une stratégie purement politique de ces juges à œillères.

    • coyotecorsica

      j'ai passé 2 ans au Gabon, combines et compagnies, c'est le fric qui est roi

Laisser un commentaire

Copyright © 2016 Business Insider Inc. Tous droits réservés. Conditions d'utilisations | Charte de protection des données | Publicité

Editions Internationales US UK DE FR AUS ID IN MY SG PL SE NL