On a visité le campus de Tolbiac occupé juste avant son évacuation par les CRS — voici ce qu'on a vu

Banderole à l'entrée du site Tolbiac. Najet Guerniche / Business Insider France

  • Vendredi 20 avril, les CRS ont évacué les étudiants de Tolbiac.
  • Ce site de l'université Paris 1 Panthéon Sorbonne était occupé depuis le 26 mars par des opposants à la loi ORE et à ParcoursSup.
  • Ils ont mis en place une "université ouverte et auto-gérée" qu'ils ont appelé "la Commune libre de Tolbiac".
  • La veille de l'évacuation, Business Insider France a pu visiter le site occupé.

Vendredi 20 avril, les CRS ont évacué les étudiants qui occupaient le site universitaire de Tolbiac.

Depuis le 26 mars, ce centre l'université de la Sorbonne- Paris 1 était occupé par des étudiants opposés à la loi ORE et ParcoursSup. Ils étaient une centaine à vivre sur un campus en auto-gestion.

La plupart d'entre eux sont des étudiants de la Sorbonne, mais il y avait aussi des externes — des étudiants d'autres universités moins mobilisées ainsi que des salariés grévistes.

 "On ne bloque pas l'université, on bloque les cours, c'est comme un piquet de grève, on refuse de produire du savoir. Mais l'université est ouverte, plus qu'en temps normal même, il y a des gens qui viennent de toutes les universités, il y a des cheminots et des infirmières grévistes qui sont venus, des professeurs engagés qui ont donné des cours alternatifs", nous a confié Julie*, étudiante en L2 Histoire.

Mathieu*, technicien de laboratoire à l'université de Diderot-Paris 7, à 10 minutes de là, a ajouté qu'il venait après le travail pour "donner un coup de main" car ils comptaient rester "jusqu'à ce qu'ils [le gouvernement ndlr] craquent, jusqu'à la fin de l'été s'il le faut."

Et ils s'étaient organisés pour: outre les mille et un graffitis, dans ce qu'ils ont appelé "la Commune libre de Tolbiac", ils ont mis en place une colocation géante avec un accueil pour avoir des informations, faire des dons, consulter les agendas des activités et le planning des repas et du ménage, un amphi où dormir, une cafétéria qui devient coin cuisine, un couloir qui devient coin vaisselle, une mini-salle d'eau, un hall d'ascenseurs qui devient une infirmerie et plusieurs coins-détentes, dans une université qui n'en avait aucun.

Voici en images notre visite guidée par des étudiants-occupants de Tolbiac : 

Les étudiants ont fait de l'amphi principal leur QG: c'est à la fois l'endroit où ils tiennent leurs AG et celui où ils dorment.

Entrée de l'amphi L. Najet Guerniche/Business Insider France

À midi comme à 19 heures, interdiction d'allumer la lumière, il faut même éviter d'ouvrir la porte, parce que des gens y dorment. D'où l'odeur de renfermé nauséabonde, et les matelas, oreillers, draps disposés un peu partout, entre les tables.

Najet Guerniche/Business Insider France

Les occupants dormaient aussi à l'arrière de l'université ces derniers jours.

Un matelas et des bouteilles de bière, laissés par des occupants qui ont dormi à la belle étoile. Najet Guerniche/Business Insider France

Quelques occupants de Tolbiac ont dormi à la belle-étoile lors de leur dernière semaine, où les températures étaient particulièrement chaudes. Une seule règle: "ne pas faire trop de bruit pour ne pas déranger les voisins".

Les distributeurs ont été vandalisés et vidés. Les occupants ont installé des meubles et des étagères, dans lesquels sont stockés leurs provisions. 

La cafétéria vandalisée puis réaménagée. Pâtes, soupes, riz, pommes de terre, boîtes de conserve, à disposition, et à prix libre. Najet Guerniche/Business Insider France

Une partie du hall d'entrée est devenue le coin-cuisine.

Coin cuisine, avec une bouilloire, une plaque électrique et une marmite. Najet Guerniche/Business Insider France

Le couloir a été aménagé en coin vaisselle: "Ici autowash".

Le coin-vaisselle. Najet Guerniche/Business Insider France

"Chacun fait sa vaisselle". Bassines bleues pour le "lavage" et bassines rouges pour le "rinçage". Une vingtaine de gants sont également à disposition. 

Les occupants ont mis en place des plannings pour la répartition des taches.

Plannings pour les repas et le ménage. Najet Guerniche/Business Insider France

Deux emplois du temps d'une semaine chacun sont à remplir. Un pour la cuisine, l'autre pour le ménage. Chacun se sert pour le petit déjeuner, mais il faut cinq personnes pour cuisiner pour tous à chaque repas. Le ménage est aussi basé sur le volontariat. Les occupants sont censés nettoyer les toilettes, la cuisine, la "fosse" et passer la serpillère, mais les plannings sont très peu remplis.

Ici on voit un des occupants s'inscrire au ménage.

Un des occupants s'inscrit au ménage. Najet Guerniche/Business Insider France

Le hall des ascenseurs, hors service, a été transformé en infirmerie.

Un hall d'ascenseurs transformé en infirmerie. Najet Guerniche/Business Insider France

Des étagères "Lysopaïne" servent d'armoire à pharmacie, avec des médicaments et le nécessaire pour les premiers soins. Beaucoup de détritus jonchent le sol de cette "infirmerie".

En temps normal, il y a peu de lieux de détente à Tolbiac. Pendant la Commune, les étudiants ont aménagé des "lieux de détente improvisés".

Des étudiants bloqueurs qui fument le narguilé dans la "fosse". Najet Guerniche/Business Insider France

"On habite ici", nous dit Amine*, un étudiant marocain. Avec ses amis, ils sont installés sur des canapés et des fauteuils.

La "fosse", une sorte de cour, est le seul endroit de l'université où les étudiants peuvent prendre l'air.

La fosse de Tolbiac. Najet Guerniche/Business Insider France

Les grilles sont couvertes par des banderoles pour éviter les photos des journalistes et autres passants, nous confient certains.

Deux jeunes filles se sont installés sur un canapé installé par les occupants. Comme dans toute l'université, les murs sont couverts de graffitis.

Un couloir où se sont installées deux jeunes filles sur un canapé. Comme dans toute l'université, les murs sont couverts de graffitis. Najet Guerniche/Business Insider France

Les étudiants ont customisé des t-shirts souvenirs pour financer l'occupation. 

Des t-shirts customisés "Commune libre de Tolbiac" pour financer l'occupation. Najet Guerniche/Business Insider France

Afin d'acheter des provisions, des produits ménagers mais aussi pour soutenir les autres universités occupés, les occupants de Tolbiac ont customisé des t-shirts blancs avec l'inscription "Commune libre de Tolbiac" et un logo qui représentent les tours du site universitaire.

Tolbiac est aussi devenu un lieu d'expression, dont tous les murs sont témoins.

Najet Guerniche/Business Insider France

"Nos rêves sont les racines de nos luttes", murs extérieurs.

"All colours are beautiful" peut-on lire sur le mur d'un couloir.

"All colours are beautiful", mur d'un couloir. Najet Guerniche/Business Insider France

Après l'intervention de la police vendredi 20 avril, la préfecture de Paris annonce qu'il n'y a aucun blessé. La responsable du syndicat Unef à Paris a au contraire déploré plusieurs blessés.

"Beau kom des keufmobiles qui brule" , un grafiti anti-police dans les couloirs de la fac. Najet Guerniche/Business Insider France

 

*Certains noms ont été changés.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici pourquoi les étudiants doivent s'inquiéter pour leurs examens si leur université est bloquée

VIDEO: Voici ce qu'il se produit vraiment lorsque vous craquez vos doigts

Nouveau ! Découvrez BI Intelligence Profitez dès maintenant de notre offre de lancement ›

Contenu Sponsorisé

Les technologies qui nous ont fait gagner le plus de temps

  1. georges

    Très beau le rêve anarcho-gaucho de la Commune Libre,vieux souvenr de 1968.. Qui va payer. Encore ces salauds de contribuables qui paient des impots, taxes et cotisations pour que la majorité des étudiants puissent continuer à travailler. C'est tellement facile de rêver sur le dos des autres et d'élucubrer à longueur de journée à se masturber les neurones. Tous les blooqueurs devraient payer la rremise en état!!!! C'est tellement facile sur le dos des autres.

  2. cr

    C'est très propre , cela donne vraiment de s'y installer.
    Blague à part, on peux pas leur envoyer la facture à ces casseurs qui osent se déclarer étudiants et qui ont pourri la vie aux vrais étudiants, très majoritaires.

Laisser un commentaire