L'économie mondiale fait face à cinq risques en 2017, mais ni le Brexit, ni la montée du populisme, ni même le terrorisme en font partie, d'après l'analyse comparative menée par le Forum économique mondiale (WEF) dans le cadre de son "Global Risks" Report 2017

Selon le WEF, voici les cinq thèmes qui représentent le plus de risques pour l'économie: 

  1. Le chômage ou le sous-emploi
  2. Un choc sur les prix de l'énergie
  3. Les crises fiscales
  4. La faillite d'une gouvernance nationale
  5. Une profonde instabilité sociale

"Les conclusions de cette année prouvent qu'il y a cinq défis clés auxquels le monde d'aujourd'hui est confronté. Les deux premiers sont d'ordre économique, en ligne avec le fait que les sondés considèrent que l'accroissement des inégalités sera la tendance-clé qui déterminera les développements internationaux des 10 prochaines années", selon le rapport du WEF. 

"Cela souligne le besoin de relancer la croissance économique, mais l'essor d'un sentiment populiste et anti-establishment porte à croire que nous avons déjà dépassé le state où cela suffira pour surmonter la fracture sociale: réformer le capitalisme de marché doit également être à l'ordre du jour."

Le progrès technologique est le catalysateur du principal risque global

Le WEF indique dans son rapport que les risques les plus importants — à savoir le chômage et le sous-emploi — sont en grande partie liés à un changement technologique majeur.

"Si les politiques anti-système tendent à accuser la mondialisation de causer une dégradation du marché du travail, les faits prouvent que la gestion du changement technologique est un défi beaucoup plus important pour le marché du travail", observe le rapport.

Robot

Robot du laboratoire d'intelligence artificielle de l'Université de Zurich. Wikimedia Commons/Adrian Baer

"Si l'innovation a traditionnellement créé de nouveaux types d'emplois tout en détruisant d'anciens, ce processus semble ralentir. Ce n'est pas un hasard que les risques qui pèsent sur la cohésion social et la légitimité du législateur coïncident avec une phase de changement technologique à fort potentiel disruptif."

Cette observation rejoint l'avertissement lancé par le WEF il y a un an. Dans un document intitulé "The Future of Jobs", le Forum estime que tous les secteurs et toutes les industries verront des talents et des emplois être déplacés.

Ces postes perdus pourront être compensés par des créations d'emplois dans d'autres domaines.

Le Forum économique mondial estime que 7,1 millions de postes pourraient être sacrifiés à cause de doublons, de l'automatisation ou la désintermédiation, tandis que 2,1 millions de nouveaux emplois, surtout dans le domaine de l'informatique, des mathématiques, de l'architecture et de l'ingénierie, compenseraient partiellement ces pertes.

Version originale: Lianne Bridned/Business Insider UK

Lire aussi : Benoît Hamon explique ce qu'il veut dire par 'taxer les robots' — et cela révèle quelque chose d'inquiétant pour l'emploi