Xavier Niel dit que la prochaine lettre de 'GAFA' pourrait être un 'O' comme OVH

Xavier Niel, entouré d'entrepreneurs à StationF. Facebook/StationF

Alors que la France a lancé l'idée d'une nouvelle taxation des GAFA (pour Google, Apple, Facebook, Amazon), Xavier Niel a déclaré dans une récente interview avec le journal financier belge L'Echo qu'il estimait que "nous devons tout faire pour garder la valeur que l'écosystème digital crée chez nous."

Mais le fondateur de Free, qui a secoué le secteur des télécommunications depuis son lancement en 1999, a surtout confié qu'il espère que la prochaine lettre de GAFA viendra d'Europe. 

Interrogé sur une entreprise européenne qui pourrait un jour rejoindre ce club très sélect des GAFA, l'entrepreneur âgé de 50 ans a d'abord répondu "aucune idée", avant de mentionner le nom d'une entreprise française spécialisée dans le cloud et l'hébergement de sites internet: 

"Je soulignerais quand même l'ascension d'OVH, une boîte installée pas loin de la frontière entre la Belgique et la France, créée par un Polonais venu habiter en France. Il est en train d'attaquer Amazon, Apple et Google de face sur leurs produits de cloud. Tranquille. C'est un truc de malade, probablement l'une de nos plus belles startups. Le gars est parti tout seul de Roubaix et il y va. Alors oui, peut-être que la prochaine lettre dans 'GAFA' sera un 'O'. 'GAFAO', c'est pas mal."

Fondée en 1999 par Octave Klaba, OVH a déjà déployé 270.000 serveurs au sein de 20 datacenters en Amérique du Nord, en Europe et en Asie Pacifique. Elle a persuadé en juin dernier la banque américaine JPMorgan et d'autres de lui prêter 400 millions d'euros pour financer son développement

Par ailleurs, OVH a récemment annoncé recruter 1000 salariés d'ici un an dont notamment des développeurs, ingénieurs de maintenance et techniciens, rapporte le site Le Monde Informatique. 

Dans cet entretien avec le journal belge L'Echo, Xavier Niel, dont la fortune est estimée à 8,1 milliards de dollars selon Forbes, dit que l'Europe a "besoin de plus d'exemples de succès et donc de plus de gens qui essaient". 

Celui qui a dit qu'il préférait investir sur des hommes quand il choisissait d'investir dans des startups via son fonds Kima Ventures pense qu'en Europe, il manque surtout "d'optimisme. Nous manquons de positivisme et nous n'osons pas voir assez grand."

Interrogé sur le rôle que l'Etat français doit jouer pour faire naître de nouvelles entreprises, Xavier Niel a répondu que "ce qu'il faut, c'est un pouvoir politique qui crée l'infrastructure qui simplifie le fonctionnement de la vie".

Celui qui a lancé le campus géant de startups Station F a ainsi souligné qu'il ne croit pas que "ce soit le rôle de l'Etat d'être actionnaire de sociétés", se disant ainsi "ravi" que l'Etat français a décidé de sortir du capital d'Engie début septembre dernier pour financer l'industrie du "futur".

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Thomas Pesquet estime que l’eau est la prochaine ressource pour laquelle on se battra dans l’espace — voici pourquoi

Contenu Sponsorisé

Entrepreneurs: 6 conseils à suivre quand on démarre

  1. Moi

    c'est GAFAM...
    Google Apple Facebook Amazon et MICROSOFT

    Putain vous êtes nul c'est chaud !

Laisser un commentaire

Copyright © 2016 Business Insider Inc. Tous droits réservés. Conditions d'utilisations | Charte de protection des données | Publicité

Editions Internationales US UK DE FR AUS ID IN MY SG PL SE NL