Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

19 choses surprenantes à savoir sur la mission spatiale Apollo 11

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Apollo 11 était la neuvième tentative du programme de 14 missions Apollo. © NASA

Il y a 51 ans, le 20 juillet 1969, les astronautes Neil Armstrong et Buzz Aldrin sont descendus d'un minuscule vaisseau spatial branlant et se sont posés sur la surface de la Lune. Apollo 11 était la neuvième tentative du programme de 14 missions Apollo, et c'était sans doute la mission la plus dangereuse et la plus ambitieuse jamais entreprise par la NASA.

Bien que le monde entier ait regardé les deux astronautes marcher sur la surface lunaire en direct à la télévision, de nombreux moments surprenants (et certains terrifiants) de la mission Apollo 11 n'ont été révélés qu'après le retour de l'équipage sur Terre.

Voici quelques-unes des anecdotes les plus folles du programme Apollo que vous ne connaissez peut-être pas :

Le premier repas lunaire était composé de bacon et de café. Mais surtout, les astronautes d'Apollo ont mangé beaucoup de boeuf et de légumes déshydratés.

Des repas déshydratés dans des sacs en plastique conçus pour les astronautes de la NASA en 1963.  Ralph Morse/The LIFE Picture Collection/Getty Images

Les astronautes d'Apollo 11 ont été les premiers à avoir de l'eau chaude dans l'espace et à manger leur nourriture avec une cuillère au lieu de la presser dans un sac. Les repas étaient codés par couleur, emballés individuellement et étiquetés pour chaque jour.

Les astronautes d'Apollo n'avaient pas de toilettes. Ils utilisaient plutôt des sacs.

Lors des missions Apollo, les astronautes urinaient dans un manchon qui se vidait dans ce sac.  NASA

Les manchons en forme de préservatif permettaient aux astronautes d'Apollo d'uriner dans un sac. Pour déféquer, ils utilisaient un autre système rudimentaire de sacs en plastique. L'ensemble du processus pouvait prendre jusqu'à 45 minutes."La défécation et l'urine ont été des aspects gênants des voyages spatiaux depuis le début des vols spatiaux habités", peut-on lire dans un rapport officiel de la NASA sur les missions spatiales Apollo.

Lorsqu'ils marchaient sur la Lune, Buzz Aldrin et Neil Armstrong portaient des couches.

Buzz Aldrin s'est vanté d'être la première personne à 'se pisser dessus sur la Lune'.

AP

"On se sent très seul là-bas", a-t-il déclaré au public du Newseum à l'occasion du 40e anniversaire de l'alunissage. "J'ai pissé dans mon pantalon." Bien sûr, il portait une couche.

La fusée Saturn V qui a envoyé les astronautes d'Apollo 11 dans l'espace est toujours la plus grande, la plus lourde et la plus puissante fusée qui ait jamais volé.

Bloomsbury Auctions

Au total, 13 fusées Saturn V ont permis d'envoyer 27 astronautes dans l'espace, ainsi que la première station spatiale américaine, Skylab. Chaque fusée mesurait 363 pieds (environ 107 mètres) de haut et pesait 6,2 millions de livres (environ 2,9 millions de kg).

Il a fallu une propulsion de 7,5 millions de livres pour faire décoller de la Terre Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins (le pilote d'Apollo 11 qui est resté en orbite lunaire).

Quelques jours avant que la fusée n'envoie l'équipage d'Apollo 11 dans l'espace, environ 500 personnes ont manifesté contre le programme de lancement devant le Centre spatial Kennedy.

Le révérend Ralph Abernathy se tenant sur les marches d'une maquette du module lunaire montrant un signe de protestation lors d'une manifestation au lancement lunaire d'Apollo 11.  Bettmann/Getty Images

Les manifestants faisaient partie d'un groupe important d'Américains qui pensaient que le budget de 24,5 milliards de dollars des missions Apollo devait servir à améliorer la vie des gens sur Terre au lieu d'envoyer des hommes sur la Lune.

D'après un sondage Harris six mois avant le lancement d'Apollo 11, seuls 39% des Américains soutenaient les efforts visant à envoyer un humain sur la Lune. Dans le même sondage, un peu moins de 41 % des Américains ont déclaré qu'ils choisiraient de réduire le financement du programme spatial avant toute autre activité gouvernementale. (A titre de comparaison, 18 % des gens voulaient réduire le financement de la guerre du Vietnam).

La protestation de DC a été menée par le révérend Ralph Abernathy, l'un des plus proches collaborateurs de Martin Luther King Jr., selon History.com. Ils ont amené des mules et un chariot en bois pour juxtaposer des images de pauvreté à la lueur de la fusée Saturn V.

Le musicien Gil Scott-Heron a même écrit une chanson s'opposant à la mission lunaire, intitulée 'Whitey On The Moon'.

Gil Scott-Heron se produisant au Regency Ballroom de San Francisco, le 3 octobre 2009.  Adam Turner/Wikimedia Commons

"Tout l'argent que j'ai gagné l'année dernière, c'était pour que des Blancs aillent sur la Lune ?", demande-t-il dans sa chanson. "Comment se fait-il qu'il n'y ait pas d'argent ici ? Hm ! Des Blancs sur la Lune."

Neil Armstrong a dû diriger manuellement le module d'atterrissage, appelé 'Eagle', vers un site d'atterrissage improvisé. Ils ont débarqué avec l'équivalent de 45 secondes de carburant restant dans le réservoir d'atterrissage.

Le point d'atterrissage situé sur le flanc nord-est du cratère ouest de la Lune semblait trop rocheux pour Neil Armstrong, alors il a dirigé le module lunaire vers un cratère plus sûr, le 'Little West Crater'.  NASA

Une fois les deux hommes en approche de la surface de la Lune, ils ont réalisé que Eagle avait dépassé de 4 miles (environ 5 km) son point d'atterrissage prévu. L'endroit vers lequel les astronautes se dirigeaient, sur le cratère ouest de la Lune, s'est avéré être recouvert de rochers.

La fenêtre de Buzz Aldrin ne lui permettait pas de voir le terrain rocheux que voyait son collègue. Neil Armstrong est donc passé en mode manuel et a volé 500 mètres vers un terrain plus lisse qui a ensuite été appelé le "Little West Crater". Au même moment, un système informatique de Eagle a mal fonctionné, affichant un code d'erreur que les astronautes n'ont pas reconnu, et cinq alarmes se sont déclenchées. Neil Armstrong l'a ignoré alors qu'il effectuait l'atterrissage. Il a déclaré plus tard que c'était la partie la plus difficile de la mission.

Si les astronautes avaient suivi la tradition des sorties dans l'espace, Buzz Aldrin aurait été le premier homme sur la Lune, et pas Neil Armstrong.

L'astronaute Neil Armstrong souriant à l'intérieur du Module Lunaire, le 20 juillet 1969.  NASA via Getty Images

Lors des précédentes sorties dans l'espace, le membre d'équipage le plus jeune s'aventurait le premier, laissant le commandant aux commandes en cas d'urgence. Suivant ce modèle, Buzz Aldrin aurait dû quitter le module avant Neil Armstrong.

Mais dans un Reddit AMA ("Ask Me Anything" est un subreddit de questions/réponses en direct) en 2014, Buzz Aldrin a écrit que la NASA a choisi Neil Armstrong pour passer en premier pour la valeur symbolique. "Beaucoup de gens ont ressenti la formidable symbolique que représentait le fait que le commandant endosse cette responsabilité", a-t-il déclaré.

Mais la NASA raconte une histoire différente. Selon l'agence spatiale, c'est la conception du module lunaire qui a empêché Buzz Aldrin de sortir en premier.

Pendant que ses collègues étaient sur la Lune, Michael Collins est resté en orbite pour diriger le module de commande.

L'astronaute de la NASA Michael Collins dans le vaisseau spatial Apollo 11.  NASA/Reuters

L'astronaute chevronné avait plus de 4 200 heures de vol en tant que pilote de chasse et avait déjà piloté la mission Gemini 10 de la NASA. "J'étais la personne la plus seule de tout l'univers, du moins d'après les journaux", a-t-il plaisanté, lors d'un panel Apollo organisé par la NASA. "En fait, j'étais si heureux d'être derrière la Lune pour ne plus entendre le centre de contrôle."

La masse de la Lune bloquait les communications, ce qui donnait à Michael Collins le temps de se détendre."Ensuite, j'ai eu un peu de paix et de tranquillité", a-t-il précisé.

Buzz Aldrin et Neil Armstrong sont restés sur la surface lunaire pendant 21 heures et 36 minutes, bien qu'ils aient passé la majeure partie de ce temps à l'intérieur du module lunaire.

Buzz Aldrin se promènant sur la lune.  NASA

Les astronautes ont posé le pied sur la Lune environ 4 heures et demie après l'atterrissage. Ils ont recueilli des échantillons, pris des photos et des vidéos, planté un drapeau américain et une plaque, mis en place quelques expériences et pris un appel de la Maison Blanche.

Après environ 2 heures et demie à la surface, ils sont remontés dans le module lunaire pour un sommeil bien mérité.

Pour rejoindre Michael Collins en orbite, Buzz Aldrin et Neil Armstrong ont dû repartir de la Lune à bord du module lunaire. Si quelque chose s'était mal passé, ils auraient été bloqués dans l'espace et laissés pour morts.

Le module lunaire 'Eagle' d'Apollo 11 lors de son retour de la lune, le 21 juillet 1969.  NASA

"Le contrôle de mission devait alors — pour utiliser leur euphémisme — 'couper la communication', et les hommes auraient alors dû soit mourir de faim, soit se suicider", a déclaré William Safire, le rédacteur du discours du président Richard Nixon de l'époque, à NBC en 1999.

"S'ils ne parvenaient pas à décoller, et il y avait un sérieux risque qu'ils n'y parviennent pas, ils devaient être abandonnés sur la Lune, pour y mourir", a-til déclaré.

Cette situation effrayante a failli se produire : avant le décollage, Buzz Aldrin a découvert qu'un disjoncteur crucial s'était cassé.

Buzz Aldrin travaillant à la mise en place d'expériences scientifiques sur la lune.  NASA

"Je me suis couché sur le sol, la tête à droite, qui est le côté du copilote, et j'ai regardé autour de moi la poussière qui est entrée, et il y avait ce petit objet noir. Il n'avait pas l'air d'être à sa place. J'ai regardé d'un peu plus près... c'était un disjoncteur qui était cassé", a déclaré l'astronaute lors d'un récent événement, selon Space.com. Il était essentiel de faire pivoter le disjoncteur pour revenir en orbite. Sans lui, ils ne pouvaient pas quitter la surface lunaire.

Finalement, Buzz Aldrin a utilisé un stylo pour appuyer sur le bouton. Cette solution improvisée a permis aux astronautes de quitter la Lune et de rejoindre Michael Collins en toute sécurité.

Le président Nixon avait préparé un discours au cas où les astronautes mourraient.

Le président Richard Nixon.  Getty Images/Algorithmia

Le discours de secours, intitulé "En cas de catastrophe lunaire", a été publié 30 ans plus tard. Il commençait par : "le destin a ordonné que les hommes qui sont allés sur la Lune pour y explorer en paix y restent pour y reposer en paix".

Il continuait ainsi : "Ces hommes courageux, Neil Armstrong et Edwin Aldrin, savent qu'il n'y a aucun espoir pour leur survie. Mais ils savent aussi que leur sacrifice est porteur d'espoir pour l'humanité".

Moins d'une heure avant que l'équipage d'Apollo 11 n'atterrisse dans l'océan Pacifique, ils ont dû faire face à une autre menace inattendue : un module n'a pas été largué comme il aurait dû l'être.

Le prototype d'un module de commande d'Apollo qui revient sur Terre après un voyage sur la lune. Le plasma est créé devant le bouclier thermique d'un vaisseau spatial qui traverse l'atmosphère de la planète.  NASA

Au lieu de cela, il a poursuivi le véhicule transportant les astronautes et aurait pu s'écraser sur eux. Un livre de la journaliste scientifique Nancy Atkinson décrit l'incident. "L'événement n'a été découvert qu'après que l'équipage soit revenu sur Terre en toute sécurité", a-t-elle déclaré à Business Insider US.

Le même problème a menacé les équipages de trois autres missions Apollo.

Après que les astronautes d'Apollo 11 soient revenus sur Terre en toute sécurité, la NASA les a mis en quarantaine pendant 21 jours au cas où ils auraient ramené des germes lunaires.

Le président Nixon a accueilli les astronautes d'Apollo 11 à bord de l'USS Hornet, le navire de récupération de la mission.  NASA

L'équipage a passé les 88 premières heures dans ce que la NASA décrit comme "une remorque Airstream de 35 pieds hautement aménagée", avec un salon, une cuisine, des quartiers de couchage, une salle de bain et un micro-ondes.

Puis ils sont passés dans une zone de quarantaine plus grande, où Neil Armstrong a fêté son 39e anniversaire, le 5 août 1969.

L'équipage a dû signer des formulaires de douane et déclarer des 'roches lunaires et des échantillons de poussière lunaire' à son retour aux États-Unis.

Une botte d'astronaute sur la surface lunaire, le 20 juillet 1969.  Centre de vol spatial Goddard de la NASA

Buzz Aldrin a tweeté une photo du formulaire en 2015, en indiquant le champ pour renseigner les risques de propagation de la maladie. La réponse : "A déterminer".

Buzz Aldrin a soumis 33,31 $ (environ 28 €) de frais de voyage pour remboursement.

Buzz Aldrin, pilote du module lunaire.  NASA

Aujourd'hui, cela représenterait environ 231 $ (195 €). Buzz Aldrin a tweeté des photos de son titre de transport en 2015.

La NASA a utilisé le centre de contrôle de mission Apollo jusqu'en 1992, pour les 21 missions de la navette spatiale.

Des contrôleurs au sol observent la sortie dans l'espace d'Alfred Worden, pilote du module de commande d'Apollo 15, depuis le centre de contrôle de la mission à Houston, Texas, le 5 août 1971.  NASA/Associated Press

Les responsables de vol ont suivi Apollo 11 depuis le centre de contrôle de mission du Centre spatial Johnson. (C'est à eux que les astronautes parlaient lorsqu'ils communiquaient avec "Houston").

L'année dernière, la salle a été restaurée pour recréer l'aspect qu'elle avait en 1969 et a été ouverte au public.

Aujourd'hui, les drapeaux plantés sur la Lune ont certainement perdu leur couleur et sont probablement en train de se désintégrer.

Wikimedia Commons

Six drapeaux américains ont été plantés sur la surface lunaire entre 1969 et 1972. En 2012, au moins cinq d'entre eux étaient encore debout. Mais les scientifiques pensent que la lumière du Soleil a probablement décoloré leurs couleurs, laissant le tissu blanc. Ils pourraient même se désintégrer dans ces conditions difficiles.

Dave Mosher et Hilary Brueck ont contribué à cet article.

Version originale : Morgan McFall-Johnsen / Business Insider US.

A lire aussi — Une IA a nettement amélioré les images des missions Apollo sur la Lune

Découvrir plus d'articles sur :