Publicité

3 raisons pour lesquelles il faut investir dans l’énergie, selon JPMorgan

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

3 raisons pour lesquelles il faut investir dans l’énergie, selon JPMorgan
Le secteur de l'énergie est en hausse de 50% depuis le début de l'année. © Anton Petrus/Getty Images
Publicité

Selon la banque JPMorgan, les actions dans le secteur de l'énergie offrent un profil risque-récompense attrayant en raison de la faiblesse des valorisations, de l'amélioration des fondamentaux et de l'augmentation du rendement du capital. Il n'est pas trop tard pour les investisseurs qui n'ont pas profité du secteur le plus performant de cette année pour s'y exposer, a encore affirmé JPMorgan dans une note jeudi 7octobre.

Le secteur de l'énergie est en hausse d'environ 50% depuis le début de l'année, soit près du triple du gain de 17% du S&P 500 sur la même période. “Mais il y a encore de la place pour que les actions énergétiques rattrapent le marché plus globalement lorsqu'on regarde le tout un horizon de temps plus long", a précisé la banque. Depuis 2014, le secteur accuse un retard considérable de 183% par rapport à l'ensemble du marché.

À lire aussi — Voici 15 cryptomonnaies peu connues à acheter selon la Bank of America

JPMorgan voit les gains se poursuivre pour les actions du secteur de l'énergie alors que la pénurie d'approvisionnement fait exploser les prix du pétrole, du gaz naturel et même du charbon. Ces prix pourraient continuer à grimper, car l'établissement financier estime que le pétrole pourrait atteindre 130 dollars le baril.

Les valorisations dans le secteur restent basses

Selon la banque, le secteur de l'énergie offre un profil risque/récompense intéressant pour les investisseurs, et ce pour trois raisons principales : des valorisations faibles, des indicateurs en amélioration et des rendements du capital en hausse.

En fait, les valorisations des actions énergétiques sont si faibles que le secteur ne représente qu'environ 3% du S&P 500 aujourd'hui, contre environ 20% à un moment donné, notent les analystes. Cela laisse une importante marge de manœuvre pour que le secteur augmente sa valeur, car des conditions économiques favorables s'offrent aux sociétés d'énergie dans le contexte d'une flambée des prix du pétrole.

"Comme c'est généralement le cas avec les matières premières, nous nous attendons à ce que la reprise de l'énergie soit rapide et plus extrême que les rebonds post-bustes observés dans d'autres classes d'actifs telles que l'immobilier commercial dans les années 1990, les dot.com dans les années 2000 et les finances/le logement dans les années 2010", a encore affirmé JPMorgan.

À lire aussi — OVHcloud souhaite lever 350 M€ lors de son entrée en Bourse

Cibler en priorité les petites capitalisations

La banque a déclaré que les investisseurs à la recherche du meilleur potentiel de hausse dans ce domaine devraient acheter des actions d'entreprises énergétiques avec de petites capitalisations. En effet, ces dernières sont plus sensibles à la hausse des prix du pétrole, connaissent un redressement de leur bilan et sont des cibles potentielles de fusions, leurs homologues plus importants cherchant à accroître leurs réserves.

De plus, bon nombre des risques qui ont fait fuir les investisseurs des valeurs énergétiques ces dernières années, comme les réglementations, la montée des investissements ESG et l'essor des véhicules électriques, sont en fait des catalyseurs pour les rachats et les dividendes.

Ces facteurs "contribuent à apporter une discipline bien nécessaire au secteur en mettant l'accent sur la réduction de la dette et le retour au capital excédentaire des actionnaires plutôt que sur l'augmentation de la part de marché et de la production", conclut JPMorgan.

Version originale : Matthew Fox / Insider

À lire aussi — Découvrez le parcours des deux hommes qui ont fondé l’empire Ben & Jerry’s

Découvrir plus d'articles sur :