Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

5 innovations technologiques prometteuses portées par l'armée française

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

5 innovations technologiques prometteuses portées par l'armée française
Le système de combat aérien du futur, qui vise entre autres à développer un avion de combat de nouvelle génération, est l'un des principaux projets du ministère des Armées. © Airbus

Impression 3D de peau sur les grands brûlés, chiens parachutistes ou laser anti-drone... Si les armées du monde entier rivalisent d'inventivité pour imaginer les moyens de défense de demain, la France n'est pas en reste. À la tête de l'Agence de l'innovation de défense (AID), Emmanuel Chiva chapeaute actuellement plus de 200 projets novateurs. "L'agence est là pour anticiper et préparer l'avenir", a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse virtuelle, le 26 novembre. Depuis 2018, l'AID oeuvre à développer des dispositifs de soutien à l'innovation des forces armées.

Les axes de développement principaux, énumérés dans le Document de référence de l'Orientation de l'Innovation de Défense (DrOID), sont focalisés sur le domaine hypersonique, les armes à énergies dirigées — comme les lasers — et les technologies quantiques. Le budget annuel de l'agence, en progression constante, devrait atteindre un milliard d'euros à partir de 2022. Recherche, partenariat avec des startups issues du civil... Les engagement de l'AID sont multiples.

Le projet-phare, le système de combat aérien du futur (SCAF), vise à mettre en service un avion de combat de nouvelle génération associé à des drones — le tout contrôlé par un "cloud de combat" — à horizon 2040. Le SCAF, sur lequel planchent notamment Dassault et Airbus, est développé en partenariat avec l'Allemagne et l'Espagne.

À lire aussi — L'armée britannique compte déployer des 'essaims de drones' d'ici six mois

Les nouveaux conflits asymétriques auxquels la France est aujourd'hui confrontée ont fait apparaître de nouveaux besoins. La lutte anti-drone est ainsi devenue l'une des "priorités" de l'AID, de l'aveu d'Emmanuel Chiva. Ces aéronefs, petits et discrets, sont régulièrement utilisés par des groupes terroristes. L'agence s'est également investie dans la lutte contre la pandémie, en soutenant par exemple un projet de civière permettant de transporter des malades en protégeant les soignants.

Business Insider France a réalisé une sélection non-exhaustive de cinq projets prometteurs portés par l'Agence d'innovation de défense :

Des chiens parachutistes

Le projet Para-fox, développé par un capitaine d'infanterie cynotechnique, permet à des maîtres-chiens de sauter en parachute avec leur animal en toute sécurité. Un harnais modulable protège le chien des chocs éventuels à l'atterrissage. Le maître-chien peut libérer l'animal en moins de dix secondes pour une intervention rapide.

Greffer de grands brûlés grâce à l'impression 3D

Le projet de recherche BLOC-PRINT, fou sur le papier, vise à développer un procédé de greffe de peau en impression 3D pour les grands brûlés. Les cellules du patient seraient réutilisées pour créer de nouveaux tissus dans un bloc opératoire entièrement automatisé et mobile. Cette technique pourrait aider à améliorer la prise en charge des victimes, qui manquent parfois de surfaces saines nécessaires aux greffes de peau classiques.

Cette étude est coordonnée par le CNRS, en association avec la plateforme 3d.FAB de l'université de Lyon et la startup LabSkin Creations.

Des foils pour intervenir furtivement en mer

Développé par SEAir, basée à Lorient (Morbihan), le projet e-Flyco vise à équiper les embarcations rapides des commandos marines de foils. Ces ailes, positionnées sous les semi-rigides, permettent aux bateaux de gagner en vitesse tout en réduisant le bruit et les chocs avec l'eau. En cas de besoin, les foils peuvent être rétractés pour accoster rapidement. Aux dires d'Emmanuel Chiva, e-Flyco est "extrêmement prometteur".

La planche volante de Franky Zapata

Getty Images

Le ministère des Armées soutient Z-Air, la société de l'ingénieur Franky Zapata, qui avait traversé la Manche en août 2019 grâce à son Flyboard. Équipé de cinq mini-turboréacteurs, ce dernier peut atteindre jusqu'à 190 km/h. L'appui du ministère "vise à fiabiliser le fonctionnement et à optimiser la motorisation de tout engin volant conçu par la société".

Prévenir la fatigue des pilotes de chasse grâce à des électrodes

Pixabay

Le but du programme ELOCANS est d'équiper les casques des pilotes de l'armée de l'air d'une technologie pour analyser leur état psycho-physiologique grâce à l'activité électrique produite par les yeux. Des électrodes, disposées autour des oreilles et sur la ligne du front, détectent en temps réels les mouvements oculaires.

Cela permettrait de surveiller les signes de fatigue ou de somnolence en enregistrant la fréquence des clignements, leur durée et "si possible" la vitesse de fermeture et d'ouverture des paupières. Des tests en situation réelle sont déjà envisagés. Lancé en janvier 2019, la phase de développement du projet est prévue pour durer 42 mois.

À lire aussi — L'armée américaine lance des patrouilles de robots-chiens sur une base en Floride

Découvrir plus d'articles sur :