Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

5G, téléphone pliable... Huawei, Samsung, Xiaomi et Nokia rivalisent d'innovations même si les usages n'existent pas encore. Voici pourquoi

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

5G, téléphone pliable... Huawei, Samsung, Xiaomi et Nokia rivalisent d'innovations même si les usages n'existent pas encore. Voici pourquoi
© REUTERS/Sergio Perez

Le Mobile World Congress s'est ouvert à Barcelone ce lundi 25 février 2018, et a donné lieu à une multitude d'annonces de géants de la tech qui se veulent toutes plus révolutionnaires les unes que les autres. Répondant à Samsung quelques jours plus tard, Huawei a révélé son propre téléphone pliable. Nokia a dévoilé un mobile avec cinq caméras. Quant à Xiaomi, il proposera la future technologie 5G sur le Mi 9 à un prix moins élevé que ses actuels téléphones équipés de la 4G.

Mais ce qui surprend derrière cette foire d'empoignes, c'est le timing choisi. Au-delà de prix qui peuvent sembler clairement prohibitifs, les innovations présentées ne correspondent pas encore aux usages en vigueur dans les pays.

Ainsi, si vous voulez utiliser la 5G du Mi 9 de Xiaomi dans l'Hexagone, ça ne servira à rien puisque les infrastructures n'existent pas encore en France.

Mais peu importe pourraient répondre les constructeurs : même si elles ne seront pas adoptées tout de suite, ces innovations ont un but marketing, celui de l'image de marque, explique Sylvain Chevallier, associé en charge des télécoms, au sein du cabinet Bearing Point:

"Ce n'est pas surprenant car on est sur une bataille de l'image. C'est à celui qui va devenir l'acteur qui fait rêver. On est sur des cycles de renouvellement de smartphones de deux à trois ans et dans le même temps certains marchés ralentissent. Les fabricants ont besoin d'avoir quelque chose de nouveau à montrer. Passés les écrans et les appareils photos, c'est aujourd'hui le pliable et la 5G même si les usages réels n'existent pas."

Pour Sylvain Chevallier, ce positionnement découle d'un raisonnement économique assez simple. Dans un marché saturé, acquérir une telle notoriété engendrerait une chaîne vertueuse dans la conquête de parts de marché.

"Les entreprises se disent que si elles ont une image de marque innovante, elles sont susceptibles de séduire une population "technophile" et des leaders d'opinion qui peuvent tirer le marché."

Cette course à l'armement technologique est particulièrement tirée par les fabricants Chinois alors que le marché mondial était encore stable il y a quelques années, organisé autour d'Apple et Samsung.

"Huawei est très actif à Barcelone. Il y a 10 ans, l'entreprise était perçue comme un fabricant low cost avec de potentiels problèmes de sécurité. Aujourd'hui, elle fait partie des acteurs les plus innovants du marché. Le secteur ne peut pas se passer d'eux", ajoute Sylvain Chevallier.

Pour Huawei, cette démonstration technologique est aussi un moyen de détourner l'attention alors que le fabricant est sous pression internationale pour certaines de ses activités. Ses infrastructures sont soupçonnées par les Etats-Unis d'être utilisées par Pékin à des fins d'espionnage.

Vodafone a ainsi annoncé le mois dernier une "pause" dans le déploiement des équipements de Huawei dans ses réseaux en Europe jusqu'à ce que les pays occidentaux lèvent les inquiétudes sur les activités du groupe chinois. Huawei dément ces accusations.

Découvrir plus d'articles sur :