Ça n'a rien à voir avec la paresse. Getty Images

La procrastination est rarement liée à la paresse — ce serait trop facile à résoudre. Au lieu de cela, elle a tendance à être le résultat de problèmes psychologiques plus profonds —  une relation difficile avec ses parents ou à une perception biaisée du temps. Nous nous sommes penchés sur les recherches de plus en plus nombreuses sur la procrastination et avons mis en lumière certaines des raisons les moins évidentes pour lesquelles vous repoussez les choses… de manière parfois instable. Alors, ne tardez pas. Continuez à lire cet article et voyez laquelle de ces théories résonne le plus avec vous.

1. Vous avez du mal à gérer vos émotions

Ali Yahya/Unsplash

Malgré les idées reçues, la procrastination n'est pas un problème de gestion du temps, c'est une question émotionnelle, a expliqué Timothy Pychyl, expert en procrastination à l'Université Carleton, à Charlotte Lieberman du New York Times.

Un article co-écrit par Timothy Pychyl, cité dans le New York Times, suggère que remettre les choses à plus tard consiste à améliorer votre humeur à court terme au lieu de vous attaquer à des priorités à plus long terme.

2. Votre père était très sévère quand vous étiez enfant

NeONBRAND/Unsplash

Les recherches menées par Timothy Pychyl ont révélé que les femmes qui ont grandi avec des pères autoritaires (celles qui attachent une grande importance à l'obéissance et qui ne sont pas particulièrement chaleureuses) ont plus de risques de procrastiner à l'âge adulte.

Dans un article de Psychology Today, Timothy Pychyl affirme que c'est peut-être parce que la procrastination est un moyen passif-agressif de se rebeller contre les agents de contrôle externes — ce que nous n'étions pas capables de faire plus jeunes.

3. Vous devez ajuster votre perception du temps

Aron Visuals/Unsplash

Une étude publiée dans le Journal of Consumer Research a révélé que les personnes qui pensent qu'une échéance tombe au présent risquent moins de tergiverser que celles qui pensent qu'une échéance tombe à un autre moment que le présent.

En d'autres termes, si nous sommes en mars 2019 et que vous apprenez qu'un projet est prévu pour janvier 2020, vous aurez plus de chance de procrastiner que si vous êtes en mars 2019 et que vous apprenez que le projet est prévu pour décembre 2019. C'est parce que nous classons le temps par catégorie, en termes d'années, et une échéance dans la même année semble être plus rapide qu'une échéance pour l'année suivante, même si six mois se sont écoulés.

La prochaine fois que vous apprenez que vous avez une mission pour la semaine suivante, essayez de recadrer la date limite comme "au présent". Dans l'étude, les participants y sont parvenus en utilisant un calendrier dans lequel la date du jour et la date d'échéance étaient de la même couleur.

4. Vous pensez "tout ou rien"

Francisco Moreno/ Unsplash

Perdre 20 kilos peut sembler être un projet phénoménal, il est donc tentant de le remettre à plus tard.

Les personnes ayant cette mentalité "pensent aux 20 kilos plutôt qu'à la lutte quotidienne pour réduire le poids et atteindre progressivement un objectif", a déclaré la psychothérapeute Judith Belmont à Today Health.

Une façon de lutter contre ce type de pensée consiste à diviser chaque tâche en tâches plus petites. Comme le suggère Judith Belmont, pensez à diminuer quelques centaines de calories chaque jour (ou tout ce que votre médecin vous suggère) pour que l'objectif semble plus facile à gérer.

5. Vous ne pratiquez pas l'indulgence de soi

Raychan/Unsplash

Les procrastinateurs ont tendance à être plus stressés que les autres, même avant de commencer à procrastiner.

Selon une étude publiée dans la revue Self and Identity, c'est probablement parce qu'ils ont des idées contre-productives telles que : "Je suis trop bête pour poursuivre mes études, alors je vais traîner sur Facebook".

D'un autre côté, les gens qui sont indulgents avec eux-mêmes pendant les périodes difficiles sont mieux capables de s'auto-réguler, ce qui implique une certaine capacité à contrôler leurs pulsions.

6. Vous ne vous sentez pas connecté à votre futur moi

Benjamin Davies/ Unsplash

Une autre étude de Timothy Pychyl, publiée dans la revue Personality and Individual Differences, a révélé que les étudiants qui se sentaient moins semblables à leur version future — que ce soit dans 10 ou deux mois — étaient plus susceptibles de procrastiner dans leurs travaux scolaires. Et un examen antérieur d'études de l'European Journal of Personality suggère que les procrastinateurs ont moins de chances de penser à l'avenir et de le planifier.

Comment vaincre la procrastination une bonne fois pour toutes

Pedro da Silva/Unsplash

Comme le psychiatre et neuroscientifique Judson Brewer l'a déclaré au New York Times, l'une des façons de vaincre la procrastination est de proposer une "offre plus grande et meilleure" ou de soulager ce que vous ressentez maintenant sans vous rendre la vie plus difficile.

Une autre option, que Timothy Pychyl a partagée avec le New York Times, est d'examiner la marche à suivre si vous n'étiez pas en train de procrastiner : "Quelle est la prochaine action que je ferais si je pouvais faire quelque chose, même si ce n'est pas le cas ?"

Version originale : Shana Lebowitz/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 9 signes qui prouvent que vous n'êtes pas sur le chemin de la fortune, et comment arranger ça

VIDEO: Cette planche de surf électrique vous permet de 'voler' au dessus de l'eau