Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

73% des gels hydroalcooliques sur le marché seraient non conformes, et 35% seraient dangereux selon la DGCCRF

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

73% des gels hydroalcooliques sur le marché seraient non conformes, et 35% seraient dangereux selon la DGCCRF
Les gels insuffisamment dosés en alcool préoccupent en effet l'administration relevant du ministère de l'Économie © Adoscam/Wikimedia Commons

Encastré à l'angle d'un abribus, planté à l'entrée d'un supermarché ou fourré au fond d'un sac à main, le gel hydroalcoolique a investi tous les espaces ces derniers mois. Mais tous les fluides ne seraient pas équivalents : la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a analysé 162 produits sur le marché ; 73% d'entre-eux sont non conformes, et 35% des gels s'avèrent carrément dangereux. Près d'une solution sur sept serait même inefficace contre le coronavirus en raison d'une concentration insuffisante en alcool.

Les gels insuffisamment dosés en alcool préoccupent en effet l'administration relevant du ministère de l'Économie : "Pour être efficace contre le coronavirus, les gels hydroalcooliques doivent contenir au moins 60% d'alcool", explique Romain Roussel, directeur de cabinet de la DGCCRF, à France Info. Et plusieurs produits testés avaient une moindre concentration. "C'était le cas en particulier de 13% des produits analysés." Outre le déficit en éthanol, la DGCCRF compte parmi les gels "dangereux" ceux dont l'étiquetage minimiserait les périls (22%), notamment leur inflammabilité.

Moins problématiques, la DGCCRF considère 38% des produits analysés comme non conformes "du fait d’un étiquetage incomplet ou incorrect". Selon France Info, ces gels seraient commercialisés un peu partout, des sites d'e-commerce aux pharmacies. "Dans certains cas, il s'agit de quelques dizaines de flacons lorsque ce sont les produits qui sont élaborés de manière artisanale. Pour d'autres, ça peut être plusieurs milliers de produits", précise Romain Roussel. L'administration assure dans son communiqué que les gels "non conformes ou dangereux font l’objet de suites appropriées, notamment de mesures de retrait et/ou rappel".

A lire aussi - Les masques vendus en supermarchés protègent (un peu) moins bien que ceux des pharmacies

Découvrir plus d'articles sur :