Boeing ne pourra effectuer de vol de certification avant le 8 juillet, au mieux, selon les sources de Reuters. La direction américaine de l'aviation civile (FAA) a identifié un nouveau dysfonctionnement potentiel affectant le 737 Max et l'avionneur devra le régler avant que l'appareil puisse à nouveau être exploité. Le défaut a été découvert lors de tests réalisés la semaine dernière, selon ces mêmes sources. Le 737 Max a été immobilisé dans le monde entier en mars après l'accident d'un appareil des Ethiopian Airlines et celui d'un avion de Lion Air quatre mois plus tôt. Les deux catastrophes ont fait 346 morts. Dans les deux cas, le logiciel anti-décrochage MCAS de l'avion a été mis en cause.

"Concernant le dysfonctionnement le plus récent, le processus de la FAA est conçu pour détecter et mettre au jour les risques potentiels. La FAA a découvert récemment un risque potentiel que Boeing doit corriger", dit un communiqué de la FAA envoyé à Reuters. "La FAA lèvera l'interdiction de l'appareil quand nous jugerons qu'il sera sûr de le faire". Boeing a déclaré mercredi soir que la FAA lui avait demandé d'adresser, par le biais de mises à jour logicielles, une condition de vol spécifique non couverte par les mises à jour logicielles déjà dévoilées de la société.

A lire aussi — Boeing est maintenant obligé de garer ses 737 Max inutilisés sur le parking des employés

L'avionneur américain a également indiqué qu'il était d'accord avec la décision et la demande de la FAA et qu'il travaillait sur un correctif afin de résoudre le problème. "Boeing ne soumettra pas le 737 Max à la certification de la FAA tant que nous n'aurons pas satisfait toutes les exigences en matière de certification du Max et de sa remise en service en toute sécurité", a écrit Boeing.

Le dysfonctionnement concerne encore le système anti-décrochage MCAS du 737 Max

Deux personnes proches du dossier ont déclaré à Reuters que lors d'un test sur simulateur réalisé la semaine dernière, un pilote d'essai de la FAA a exécuté différents scénarios afin d'activer intentionnellement le système anti-décrochage MCAS. Au cours d'une activation, il a fallu attendre un long moment pour récupérer le système de compensation du stabilisateur, utilisé pour contrôler l'avion, indique-t-on de même source.

On ignore si la situation, qui a abouti à un plongeon inopiné, peut être résolue par une mise à jour logicielle ou s'il s'agit d'un problème lié au microprocesseur, qui nécessitera le remplacement de l'équipement. Une réparation matérielle pourrait retarder la remise en service de l'avion.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le PDG de Boeing admet des 'erreurs inacceptables' sur le 737 Max