737 Max : les 100 M$ de Boeing ne sont pas suffisants pour les familles de victimes

Des policiers éthiopiens marchent à travers les débris de l'avion d'Ethiopian Airlines numéro ET 302 qui s'est écrasé en mars 2019. REUTERS / Baz Ratner

Boeing a annoncé mercredi avoir alloué 100 millions de dollars pour les familles des victimes des deux accidents du 737 Max. Selon le communiqué de presse de Boeing, les fonds "répondront aux besoins familiaux et communautaires des personnes touchées par les tragiques accidents du vol 610 de Lion Air et du vol 302 d'Ethiopian Airlines". Boeing a déclaré : "Ces fonds vont aider à financer l'éducation, les épreuves et les dépenses quotidiennes des familles touchées, des programmes communautaires et le développement économique des communautés affectées. Boeing travaillera en partenariat avec les gouvernements locaux et des organisations à but non lucratif afin de répondre à ces besoins. Cet investissement initial sera réalisé sur plusieurs années."

Cependant, Robert Clifford, un avocat qui représente les familles de 23 victimes du crash de la compagnie Ethiopian Airlines, a déclaré à Business Insider US que l'annonce ne convenait pas aux familles à qui il avait parlé. "Au mieux, c'est un geste, au pire, un effort symbolique pour s'attaquer à des problèmes qui ne préoccupent pas vraiment ces familles", a-t-il déclaré. "Ce qui leur importe avant tout, c'est de récupérer les restes du lieu de l'accident, afin qu'ils puissent mettre en place des mémoriaux et pouvoir commencer leur deuil. Pourquoi Boeing n'utilise pas cet argent pour accélérer le processus ?"

A lire aussi : La crise du 737 Max pourrait coûter une somme colossale à Boeing

Boeing doit faire face à de nombreuses poursuites et enquêtes à la suite des deux accidents, l'un en Indonésie en octobre 2018 et l'autre en Éthiopie en mars de cette année. Le groupe aéronautique a envoyé cette déclaration à Business Insider US :

"Cet engagement est indépendant des poursuites engagées par les familles et les proches des passagers des vols Ethiopian Airlines 302 et 610. Nous avons évalué diverses manières d'aider les familles et les communautés touchées et avons déterminé qu'il s'agissait d'une mesure constructive que nous pouvons prendre maintenant. Au fur et à mesure que les enquêtes se poursuivent, Boeing coopère pleinement avec les autorités chargées de l'enquête. Nous ne commenterons pas directement les poursuites individuelles."

Après le deuxième accident, les autorités aéronautiques du monde entier ont immobilisé les Boeing 737 Max en raison de problèmes de sécurité liés au système anti-décrochage MCAS conçu pour les avions afin de compenser les moteurs plus gros que les versions précédentes du 737.

Des poursuites ont été engagées par des familles dans plusieurs pays, notamment aux États-Unis, en Indonésie, au Kenya, en France et en Éthiopie. Une veuve française demande à Boeing la somme de 276 millions de dollars, l'équivalent d'une journée de recettes pour l'entreprise en 2018.

Plus de 400 pilotes ont également engagé des poursuites contre Boeing pour des salaires manqués à cause des avions maintenus au sol, tandis que les compagnies aériennes qui possèdent des avions immobilisés dans leur flotte demandent également une indemnisation.

A lire aussi : L'immobilisation des 737 MAX pèse lourd sur les résultats de Boeing

Il y a également une autre critique : le manque de détails donnés par Boeing lors de l'annonce. "Qu'est-ce que Boeing veut dire quand ils disent qu'ils vont donner de l'argent aux communautés'?", a déclaré Robert Clifford. "Ces fonds sont-ils avancés ? Qui est un demandeur éligible ? Quel est le processus ? Qu'est-ce qui compte comme 'éducation' ? L'annonce crée plus de questions que de réponses."

Version originale : David Slotnick/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La crise du 737 Max pourrait coûter une somme colossale à Boeing

VIDEO: Voici comment cuire des œufs au micro-ondes