8 célèbres sites et logiciels qui ont disparu cette dernière décennie

En 2010, il a fallu dire au revoir à votre vieil ordinateur fixe. En 2020, c'est au tour de mythiques sites et logiciels de disparaître. Getty Images/RyanJLane

Le 31 janvier 2019 à minuit, nous changerons d'année et entrerons dans une nouvelle décennie. Et si 2010 ne paraît pas si loin, il s'en est passé des choses en dix ans. Internet est devenu omniprésent dans nos vies, les premières tablettes ont vu le jour, les téléphones sont devenus des smartphones, la 4G a remplacé la 3G, et de nombreux sites et logiciels qui paraissaient essentiels en 2010 sont désormais obsolètes. 

Si certains existent toujours dans les tréfonds du web — comme les fameux Skyblog — d'autres n'ont malheureusement pas connu le même sort. Illégaux, trop peu sécurisés, passés de mode... ils ont été fermés ou ont tout bonnement disparu d'Internet. Petit voyage dans le temps pour honorer la mémoire de ces sites et logiciels qui resteront à tout jamais dans cette décennie.

Limewire

Wikimedia Commons/Alle-Kalle Projects

Derrière ce citron vert fluo se cachaient des millions de fichiers musicaux, prêts à être "partagés", c'est-à-dire téléchargés illégalement. Limewire, créé en 2000, a traversé la première décennie du 21ème siècle avec succès, mais en septembre 2010, la Recording Industry Association of America lance une injonction judiciaire contre le logiciel libre. Un tribunal américain fera fermer définitivement Limewire un mois plus tard.

Date de fermeture : 27 octobre 2010 à 23h55

Megaupload

Capture d'écran du site Megaupload. Challenges

Le site d’hébergement de fichiers a permis à des millions d’utilisateurs du monde entier de stocker et télécharger illégalement musiques, films et photos pendant plus de dix ans.

Créé en 2005 par Kim Dotcom, il a été fermé par le département américain de la Justice en 2012 lors d'une campagne contre le piratage, pour violation des copyright. Kim Dotcom a été arrêté. Il a lancé un nouveau site, Mega, en 2013.

Date de fermeture : 19 janvier 2012

Windows Live Messenger

Wikimedia Commons

Connu sous le nom de MSN Messenger à sa création en 1999, le logiciel de messagerie instantanée a été renommé Windows Live Messenger en 2005, mais a peu à peu perdu sa popularité face aux réseaux sociaux comme Facebook qui arrivaient sur le marché. 

En 2012, Microsoft annonce la fin de Windows Live Messenger et la redirection de ses utilisateurs vers Skype. La messagerie devient inaccessible à partir du 1er mai 2013. On gardera les souvenirs des premières conversations par webcam, des wizzs qui faisaient trembler l'écran d'ordinateur et des parties de diamant et de démineur entre amis. 

Date de fermeture : 1er mai 2013

Zone Téléchargement

La plateforme française de téléchargement illégal a fidèlement servi les pirates amateurs pendant quatre ans à partir de 2012. Mais en novembre 2016, la gendarmerie nationale annonce avoir fermé le site et placé trois personnes en garde à vue. 

Un clone légal de Zone Téléchargement sera finalement lancé en août 2017, mais fermé à son tour en décembre de la même année. Depuis, les plateformes légales de streaming comme Netflix et Disney+ ont remplacé les sites de piratage. La fin d’une époque...

Date de fermeture : 28 novembre 2016

Clippy

Microsoft

Le petit trombone assistant de Microsoft Office aura marqué toute une génération, avec ses propositions et conseils incessants à chaque mot tapé sur le logiciel de traitement de texte, de 1996 à 2002. Microsoft décide de le désactiver automatiquement dans la suite Office XP et il disparaîtra définitivement à partir de la version Microsoft Office 2007.

Mais en mars 2019, Microsoft a ressuscité Clippy sous la forme de stickers animés sur la plateforme Microsoft Teams de l'entreprise. Quelques jours après, ces stickers sont publiés sur la page officielle GitHub, à la disposition de tous les utilisateurs. Mais ils sont retirés le lendemain. Un porte-parole de Microsoft a déclaré au média américain The Verge : "Clippy essaye de récupérer son travail depuis 2001, et sa brève apparition sur GitHub était une autre tentative. Bien que nous apprécions l'effort, nous n'avons pas l'intention de ramener Clippy sur Microsoft Teams."

Date de disparition : 2007 puis mars 2019

iTunes

Logo d'iTunes en 2015

Depuis 2001, iTunes a été une référence familière pour les propriétaires de Mac, iPods, iPhone et iPads. Mais la plateforme de bibliothèque musicale ne nous suivra pas dans la prochaine décennie.

En juin 2019, Apple a annoncé que le logiciel allait disparaître avec Catalina, la version de MacOS 10.15 sortie en octobre dernier, au profit de l'application Apple Music. Sur les Mac où la mise à jour vers Catalina a été faite, iTunes a disparu. Le logiciel est encore disponible sous Windows pour ceux qui utilisent toujours leur vieil iPod.

Date de fermeture : octobre 2019, mais le logiciel fonctionne pour toujours l'instant.

Internet Explorer 

Capture d'écran du célèbre bug d'Internet Explorer. RTL

On peut dire qu'il a pris un sacré coup de vieux. Le navigateur Internet Explorer, star des débuts du web, n'a pas réussi à suivre le rythme de ses concurrents, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

Devenu trop lent et surtout trop peu sécurisé, le célèbre navigateur n'est plus mis à jour par Microsoft depuis 2015. Coup de grâce en février 2019, Microsoft explique "les dangers d'utiliser Internet Explorer" et décide d'arrêter le développement du navigateur. 

Date de fermeture : 2019

Adobe Flash Player

Wikimedia Commons

"Le plugin Adobe Flash Player doit être installé sur votre ordinateur." Ce message d'erreur incessant n'apparaîtra plus en 2020 car Adobe va arrêter le support de Flash. Depuis l'annonce d'Adobe en 2017, des navigateurs comme Google Chrome et Microsoft Edge ont désactivé la technologie Flash. Elle devrait complètement disparaître d'ici un an, fin 2020.

Date de disparition : fin 2020

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Comment notre façon de regarder la TV a changé au cours de la décennie

VIDEO: Ces 8 hommes détiennent autant d'argent que la moitié de la population mondiale la plus pauvre