Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

8 choses improbables trouvées dans des aliments achetés en supermarchés


© Unsplash/Robert Koorenny

Si vous faites vos courses en supermarchés, peut-être avez-vous déjà vécu de telles mésaventures. Il arrive en effet que des clients découvrent au sein de leurs aliments des choses qui n'ont normalement rien à y faire : plastique, verre, morceaux d'insectes, etc. Les conséquences peuvent être dramatiques si ces aliments sont ingérés par les consommateurs. Derniers exemples en date ? Une dent ou encore un bout de bois. Une fois la surprise passée, les victimes, en général excédées, se tournent le plus souvent vers l'enseigne qui leur a vendu le produit incriminé pour obtenir réparation.

Si en règle générale les distributeurs remboursent bien les clients, ils se défaussent le plus souvent de leur responsabilité en se retournant vers les fournisseurs des aliments concernés. Les industriels, de leur côté, brandissent leurs contrôles qualité et le respect des normes qu'ils appliquent sur la chaîne de production de leurs produits. Si cela vous arrive, informez le plus rapidement possible le supermarché et l'enseigne qui vous ont vendu le produit concerné. Des mesures de rappels des lots similaires peuvent être alors mises en place pour éviter que d'autres consommateurs n'expérimentent les mêmes moments malheureux de dégustation.

Voici quelques exemples des objets les plus insolites retrouvés ces derniers mois dans les aliments achetés en supermarchés :

Une couronne dentaire retrouvée dans une tarte aux pommes vendue dans un magasin Carrefour Market de Marseille

Unsplash/Dilyara Garifullina

"Et tout d'un coup, clac !". C'est en dégustant une tarte aux pommes achetée à un magasin Carrefour Market le 20 juillet dernier qu'un habitant de Marseille a eu une mauvaise surprise, selon La Provence. Au moment de croquer dans une deuxième part de gâteau, il est tombé sur une dent. Ou plus exactement, une couronne sur pivot. Il décide alors de ramener la tarte au magasin Carrefour Market où on lui explique que la tarte n'est pas fabriquée ici et acheminée dans le point de vente directement dans son emballage déjà fermé. Le client se voit proposer un remboursement du prix de la tarte, soit 6,90 euros. Joint par le quotidien provençal, le groupe Carrefour assure qu'une enquête auprès du fournisseur est "en cours" et présente "toutes ses excuses pour ce dysfonctionnement".

Une tête de lézard se cachait dans une sauce tomate vendue par Lidl au Royaume-Uni

Pixabay/Catkin

Une découverte "traumatisante" selon les termes de cette cliente d'un magasin Lidl vivant dans l'Essex, au Royaume-Uni. Fin mai dernier, elle aurait eu une mauvais surprise en ouvrant une boîte de sauce bolognaise vegan, selon les infos du Mirror reprises par Capital. La cliente aurait ainsi découvert une tête de lézard dans sa nourriture. Elle dénonce en tout cas l'attitude de Lidl qui n'aurait pas semblé faire grand cas de sa situation : “J’ai dû constamment leur courir après ces six dernières semaines et tout ce qu’ils m’ont dit, c’est que leur équipe chargée des plaintes investiguait toujours”. Contactée par le quotidien britannique, l'enseigne assure avoir présenté ses excuses à sa cliente. Une enquête interne serait toujours actuellement en cours, mais aucun rappel de ce produit n'a été effectué.

Un morceau de bois découvert dans un sachet de pommes de terre rissolées surgelées acheté chez Lidl dans le Pas-de-Calais

Pixabay/Alexei_other

Fin juillet, un habitant de Montigny-en-Gohelle, dans le Pas-de-Calais, a eu une mauvaise surprise en ouvrant son sachet surgelé de pommes de terre rissolées acheté dans son magasin Lidl habituel. Selon La Voix du Nord, le client a retrouvé dans le paquet un bout de bois de plusieurs centimètres de long, vraisemblablement un morceau de palette. Il a par la suite contacté l'enseigne pour demander le remboursement du prix payé de 1,19 euros. Lidl a réagi à son tour en indiquant être "désolés de cette déconvenue" et que des "investigations ciblées auprès du fournisseur" allaient être menées. À date, "aucune réclamation similaire" n'avait été enregistrée, toujours selon le distributeur.

Une tête de souris recrachée par un petit garçon belge de 2 ans qui avait croqué dans un biscuit au Nutella

Unsplash/Inna Podolska

En décembre 2019 en Belgique, à Huissignies, un petit garçon de 2 ans a eu une très mauvaise surprise en dégustant un biscuit Nutella B-Ready vendu par la marque éponyme. Selon les informations rapportées par Midi Libre, il aurait recraché quelque chose directement après avoir croqué dans le gâteau : une petite tête de souris... dont les dents étaient encore visibles ! "Une odeur s’apparentant à celle de la mort se dégageait de sa bouche", avait alors commenté la maman du petit garçon sur son compte Facebook. La société Ferrero, qui fabrique ces biscuits Nutella, a affirmé que ce qu'il se passait était "très surprenant", confirmant avoir pris contact avec les parents du petit. "Tous les paquets sont scannés, pesés et analysés pour repérer le moindre corps étranger", ont-ils précisé. Une analyse en laboratoire était à l'époque prévue.

Des filaments métalliques dans de la viande hachée, six tonnes de produits rappelés dans toute la France

Pixabay/moerschy

En juin 2020, ce sont rien de moins que six tonnes de viande et de steaks hachés qui ont été rappelées par leur producteur, le groupe Elivia, comme le rapporte 60 Millions de consommateurs. Vendus dans la plupart des enseignes de la grande distribution, et notamment chez Carrefour, Casino, Système U, Lidl et Auchan, ces viandes présentaient un vrai risque pour la santé des consommateurs. Des filaments métalliques, de l'épaisseur d'un cheveu, pouvaient en effet être retrouvés dans ces produits. Ce ne sont pas les consommateurs cette fois-ci qui ont alerté du danger, mais l'industriel lui-même qui a mis en évidence, lors d'un contrôle interne, une anomalie sur la chaîne de production. Les clients ayant acheté ces produits devaient les ramener en magasin pour être remboursés.

Dans le Doubs, un bébé de 20 mois s'étouffe avec son moelleux au chocolat avant de recracher une dent avec une vis plantée dedans

Wikimedia Commons/Popo le Chien

Le goûter aurait pu virer au drame à Pontarlier, dans le Doubs, en mai 2019. Un bébé de 20 mois a failli s'étouffer en mangeant un moelleux au chocolat vendu sous la marque Casino, comme l'explique l'Est Républicain. Son père s'empresse de lui taper le dos et le sternum pour le faire respirer à nouveau. Et là, surprise : l'enfant recrache une dent avec un bout de vis en métal fixée dessus. Les parents appellent le service consommateur de Casino qui leur promet de leur rembourser deux fois le prix du paquet de gâteau. L'enseigne a par la suite lancé un audit auprès de son fournisseur et rappelé les lots concernés par mesure de précaution. Casino s'est ensuite rapproché des parents pour leur proposer un bon d'achat de 100 euros, qu'ils ont refusé. Ils envisageaient à l'époque de porter plainte contre le distributeur.

À Vannes, deux souris mortes retrouvées dans une boîte de crackers à l'emmental

Unsplash/Joshua Hoehne

À Vannes, en juillet 2019, une habitante de la région a eu la mauvais surprise de découvrir dans les crackers à l'emmental qu'elle s'apprêtait à manger avant de partir travailler... deux petites souris mortes. Selon Ouest France, les deux rongeurs auraient été emballés directement dans la boîte de crackers au moment de la fabrication du produit. Une souris aurait néanmoins eu le temps de grignoter un petit bout du cracker avant de mourir, sûrement grâce à une poche d'air au sein de l'emballage. La marque de ces biscuits, ainsi que le magasin qui les commercialisait, n'avaient pas été communiqués à l'époque par le quotidien.

Des morceaux de verre dans des boîtes de sardines, tous les lots incriminés rappelés

Unsplash/Alla Hetman

En juin 2020, c'est au tour des sardines en boîte d'être touchées par la malédiction des corps étrangers. Les conserves vendues sous la marque Connétable dans les enseignes Carrefour et Auchan pouvaient être dangereuses pour les amateurs de poissons. La raison ? Des morceaux de verre auraient pu se trouver à l'intérieur des boîtes de conserve, selon France 3 Bretagne. Les lots concernés de ces sardines au piment de Cayenne ont été rappelés par le fournisseur et retirés de la vente. De leur côté, les acheteurs étaient appelés à ramener les boîtes de sardine en magasin pour être remboursés.

À lire aussi — Leclerc, Carrefour, Lidl... Les supermarchés préférés des Français pour faire leurs courses

Découvrir plus d'articles sur :